L'Inde baisse la majorité pénale à 16 ans après un viol collectif

le
0
    NEW DELHI, 22 décembre (Reuters) - Le parlement indien a 
approuvé mardi l'abaissement de 18 à 16 ans de la majorité 
pénale pour certains crimes, face à l'indignation provoquée par 
la libération de l'un des auteurs, mineurs au moment des faits, 
du viol et du meurtre d'une jeune femme de 23 ans en 2012 dans 
un autocar à New Delhi. 
    La chambre haute du parlement a voté en faveur de ce projet 
déjà adopté par la chambre basse. Le texte deviendra loi dès sa 
promulgation par le président Pranab Mukherjee, ce qui devrait 
être une formalité. 
    Dans le cadre de la législation actuelle, une personne âgée 
de moins de 18 ans ne peut pas être condamnée à plus de trois 
ans de maison de correction. Le projet adopté par le parlement 
indien prévoit que les mineurs âgés de 16 et 17 ans pourront 
être jugés comme des adultes et encourir des peines telles que 
la réclusion à perpétuité ou la peine de mort en fonction de la 
gravité des crimes jugés. 
    La libération dimanche de l'un des auteurs du viol collectif 
d'une jeune femme en 2012 a déclenché des manifestations 
d'étudiants auxquelles a participé la mère de la victime. 
    Cette dernière a été violée à de multiples reprises et 
battue par un mineur de 17 ans et cinq adultes. Elle a succombé 
à ses blessures deux semaines plus tard. 
    Quatre adultes condamnés dans cette affaire, qui a provoqué 
une émotion internationale, ont été condamnés à mort et sont en 
attente de leur exécution. Un cinquième s'est pendu dans sa 
cellule. 
 
 (Rupam Jain Nair; Bertrand Boucey pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant