L'inconnu de l'année : Nigel Pearson

le
0
L'inconnu de l'année : Nigel Pearson
L'inconnu de l'année : Nigel Pearson

Nigel Pearson a mis Leicester sur les bons rails de Premier League, a lancé Jamie Vardy, a délivré de la punchline mémorable, a saisi à la gorge un joueur de Crystal Palace en plein match avant d'être remercié cet été pour les conneries filmées de son fils et a laissé place nette à Claudio Ranieri. Portrait d'un manager au tempérament volcanique, aimant par-dessus tout la promenade.

La légende, aussi invraisemblable et singulière soit-elle, a longtemps escorté son imposante carcasse. Il y a quelques années, lors d'un voyage initiatique qui l'a mené jusqu'en Roumanie, Nigel Pearson serait parvenu à venir à bout d'un ours. La véracité de cette histoire diffère en réalité quelque peu. Le manager, aujourd'hui cinquante-deux ans, n'a pas vaincu un ours, mais une meute de cinq chiens lancée à ses trousses au cours d'une randonnée pédestre dans la brume des Carpates. Il s'en est sorti, non sans mal et frayeur. Une mésaventure survenue durant l'un de ses seuls soupirs et moments de quiétude servant d'exutoire aux incessants soubresauts qui l'assaillent. "Voilà ce qui me permet de m'évader, confessait-il en janvier 2014, avec l'aplomb qui le caractérise. J'aime être dans ce genre d'endroit. J'ai fait le Mont Snowdon, j'ai marché un peu à Cleveland Way et suis allé d'une côte à l'autre. Quand j'étais plus jeune, j'ai fait le Yorkshire Three Peaks - Pen-y-ghent, Whernside, Ingleborough - puis la moitié de la Pennine Way". Nigel Pearson aime marcher. Encore et encore. Inlassablement. Pour peut-être, comme il l'avoue lui-même, oublier certaines parts obscures de sa personnalité : "Je n'aime pas tout ce que je suis, mais je dois vivre avec."

"Les nerfs. L'émotion. Ce travail, ce n'est que de l'amour et de la haine"


S'il a acquis aujourd'hui une réputation de manager controversé au Royaume, Nigel Paerson aurait pu épouser une tout autre trajectoire. Celle d'un employé de la Royal Air Force. Plus jeune, il officiait en tant que mécanicien pour les hélicoptères dans les îles Malouines avant que le ballon rond ne vienne infléchir sa destinée. Mais sa carrière de joueur professionnel étendue sur dix-sept ans à Shrewsbury Town, Sheffield Wednesday et Middlesbrough n'a pas rencontré le succès escompté, la faute à de multiples blessures. C'est donc logiquement qu'il se tourne vers une carrière d'entraîneur. Une nouvelle vie qu'il amorce à Carlisle United (1998-1999), modeste formation de League Two. Première expérience réussie, puisque Pearson parvient à maintenir le club alors que le spectre de la relégation rôdait.

Parce qu'il est passionné et patient, le bonhomme acceptera de jouer les pompiers de service pour West…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant