L'inconnu de l'année : Alex Aranzábal

le
0
L'inconnu de l'année : Alex Aranzábal
L'inconnu de l'année : Alex Aranzábal

Il est le premier président de l'histoire d'un club vieux de 75 ans à toucher un salaire. Mais il est surtout celui qui lui a donné un second souffle. Alex Aranzábal dirige Eibar depuis 2009. Et en a fait l'un des clubs les plus sains d'Espagne.

"Elche a vécu bien au-dessus de ses moyens. La sanction est logique." Alex Aranzábal est titulaire d'un doctorat en économie, donc bien placé pour analyser la relégation administrative du club (la saison dernière) de la province d'Alicante. Mais surtout, il est le président d'Eibar, l'équipe qui a bénéficié de cette descente pour conserver sa place en Liga, malgré une saison catastrophique et une dix-huitième place fatale. "Elche est comme un vainqueur de Tour de France déchu de son titre pour dopage. Nous sommes solidaires d'Elche. Mais cette sanction montre que le football espagnol apprend de ses erreurs", déclare-t-il sur les ondes de la Cadena Ser. Nous sommes en juillet dernier, et Aranzábal, entrepreneur à succès qui préside le club depuis 2009 se réjouit de la survie de son club en première division. Avant de véritablement lui donner une seconde vie.

Elche, le maintien pour rien

Une santé financière rare en Espagne


Eibar est une commune de Guipúzcoa, à mi-chemin entre Bilbao et San Sebastián et qui vit principalement du commerce du fer. Mais son équipe de football lui procure depuis quelque temps une fierté nouvelle. Né de la fusion entre Deportivo Gallo et la Unión Deportiva Eibarresa, la Sociedad Deportiva Eibar voit le jour en 1940. Son fait majeur ? Un titre de champion de seconde division lors de la saison 2013-2014. Sans oublier sa santé financière, dans un pays où les clubs de football endettés sont légion. C'est simple : il y a deux saisons, le budget du club était de 1,79 million d'euros. La saison passée, le club annonce une balance de 18,86 millions d'euros. Cette année, le club présente un budget de 32 millions d'euros à ses actionnaires. Une évolution qu'Eibar doit à la gestion d'Alex Aranzábal. L'année dernière, le club lance une campagne de crowdfunding pour augmenter le capital du club. Des actions de 60 euros sont mises en vente. Une opération efficace, puisque le club implante la marque Eibar dans les cinq continents. Et compte aujourd'hui des actionnaires dans 69 pays, de la Chine à l'Australie, en passant par l'Irlande ou la Pologne. Et a réussi à s'implanter au Japon grâce à la signature de Takashi Inui pour 300 000 euros, plus…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant