L'incident diplomatique qui refroidit les relations franco-marocaines

le
0
L'incident diplomatique qui refroidit les relations franco-marocaines
L'incident diplomatique qui refroidit les relations franco-marocaines

Un vent glacial souffle actuellement sur les relations entre Paris et le Maroc. Habituellement paisibles, ces dernières ont été entachées cette semaine par une affaire diplomatique qui mêle justice et géopolitique. Tout a commencé par la démarche d'une ONG française, Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (Acat), qui a saisi jeudi l'opportunité de la présence en France du patron du contre-espionnage marocain pour demander à la justice française d'auditionner ce responsable, qu'elle accuse de «complicité de torture».

Cette requête a été formulée dans le cadre de plaintes déposées à Paris relatives à des faits présumés de torture au sein du centre de détention marocain de Temara, qui dépendrait de la Direction générale marocaine de la surveillance du territoire (DGST). Sans passer par les canaux diplomatiques, sept policiers se sont alors rendus à Neuilly-sur-Seine, à la résidence de l'ambassadeur Abdellatif Hammouchi à Paris, pour lui notifier une convocation émanant d'un juge d'instruction.

L'ambassadeur de France convoqué à Rabat

Qualifiant l'affaire d'«incident rare et inédit» dans les relations avec la France, Rabat a convoqué vendredi soir l'ambassadeur de France, Charles Fries, «pour lui signifier la protestation vigoureuse du royaume». En outre, le Maroc rejette «catégoriquement» les accusations portées.

Rabat exige à présent des «explications urgentes et précises» et demande que «les responsabilités soient identifiées». Le ministère français des Affaires étrangères a réagi samedi soir et fait savoir que «toute la lumière serait faite le plus rapidement possible sur cet incident regrettable».

Plusieurs plaintes où le nom du diplomate apparaît

L'une des plaintes auxquelles s'est associée Acat, déposée avec constitution de partie civile par Adil Lamtalsi, un Franco-Marocain de 33 ans, a donné lieu à l'ouverture, fin 2013, d'une information judiciaire à Paris. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant