L'impuissance du port du Havre

le
0
L'impuissance du port du Havre
L'impuissance du port du Havre

Si le retour tonitruant de Paul Pogba en terre anglaise exalte les fans mancuniens, il ravive en revanche de douloureux souvenirs pour Le Havre. À l'été 2009, "La Pioche" s'envolait pour les Red Devils après seulement deux années de formation et créait via son transfert un vif et sensible imbroglio entre les deux clubs. Retour sur un épisode délicat dans le parcours du milieu tricolore.

Le déploiement d'apparat se veut à la hauteur de la destinée fastueuse qu'il entend tracer. Puisqu'il n'a de cesse de clamer publiquement vouloir "devenir une légende", Paul Pogba a soigné son entrée. Ou plutôt son retour à Manchester United en devenant le joueur le plus onéreux de l'histoire avec un transfert estimé à 105 millions d'euros. Une folie lui permettant de succéder à Zinedine Zidane au titre de Français le plus cher de son temps. Ce goût de la mise en scène, "La Pioche" l'a toujours cultivée. Peut-être même, parfois, malgré lui d'ailleurs. Quand il avait quitté le jardin des Red Devils au cœur d'un été 2012 tumultueux, c'est avec fracas et après avoir tenu tête à l'iconique Alex Ferguson. Un départ, abondamment commenté et perçu par beaucoup comme l'illustration d'un garçon au tempérament impétueux, qui fait alors suite à un autre nettement plus controversé survenu trois ans plus tôt. L'international tricolore n'affichait que seize piges lorsqu'il a pris la décision de partir du Havre pour les étoiles d'Old Trafford. Non sans quelques heurts.

Joie de vivre et indolence


Avant de s'ériger comme l'un des milieux les plus prometteurs de sa génération et de battre un record sur le marché des transferts, le parcours professionnel prend sa source en Normandie. Après avoir commencé à câliner le cuir à Roissy-en-Brie et un court passage à Torcy, le natif de Lagny-sur-Marne appréhende un nouvel environnement à quatorze ans. Les premières foulées apparaissent toutefois poussives et contrariées. "Lors de sa première année, son éducateur avait certes décelé du talent mais il a eu des difficultés à s'imposer", se remémore Alain Olio, alors responsable du centre de formation du HAC. François Rodrigues, coach qui l'a encadré tout au long de sa formation au Havre, n'a effectivement pas oublié les premiers pas malaisés du joyau : "Il avait du mal à se plier aux exigences d'un centre de formation. À son arrivée, il fallait être rigoureux, notamment dans les échauffements. Au départ, tout cela lui passait un peu au-dessus de la tête. Dans la rigueur tactique nécessaire, il a surtout souffert. Parce qu'il était très porté vers l'avant et avait du mal à faire les efforts pour revenir. Comme il continuait à rester dans son jeu, je n'ai pas…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant