L'improvisation fiscale se paie cash

le
0
DECRYPTAGE - Le dossier à rebondissements sur la taxation de l'EBE est une nouvelle illustration des relations compliquées entre le gouvernement et le patronat.

Bernard Cazeneuve l'avait promis à ses interlocuteurs patronaux: contrairement à son prédécesseur, l'actuel ministre du Budget testerait auprès d'eux toute mesure concernant les entreprises afin qu'ils ne la découvrent pas lors de la présentation du projet de loi de finances (PLF). L'objectif? Éviter un épisode similaire à celui des «pigeons» - la révolte des entrepreneurs contre l'imposition brutale des plus-values de cession - qui avait conduit l'exécutif à corriger l'année dernière, par amendement, un article fondamental du budget entre sa présentation en Conseil des ministres et le début de son examen au Parlement.

Si la méthode a bien été différente de celle employée par Jérôme Cahuzac en 2012 - Bernard Cazeneuve a échangé cet été sur le budget 2014 avec tout ce que la France compte ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant