L'improbable passage de relais à une mission militaire de l'UE

le
0
La plupart des pays membres sont toujours réticents à envoyer leurs soldats à Bangui.

François Hollande avait plaidé cette cause lors du dernier Conseil européen, le 19 décembre. Il a renouvelé l'appel, mercredi à Creil (Oise), à l'occasion de ses v½ux aux armées: «L'Union européenne doit s'impliquer davantage en Centrafrique.» D'ailleurs, assurait le chef de l'État, «elle y est prête». À voir.

Certes, le président de la République a obtenu de ses pairs européens, en décembre, un feu vert pour examiner les différentes formes que pourrait prendre cette «implication» des Vingt-Huit. Leurs diplomates en chef se réuniront pour en décider, le 20 janvier, à Bruxelles. Mais la plupart des pays membres sont toujours réticents à envoyer leurs soldats à Bangui. Surtout, au-delà des tirades diplomatiques et des appels convenus à la solidarité européenne, cette réticence est largement partagée à Paris, notamment par les décideurs militaires. «Des renforts europ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant