L'impression 3D veut donner une main aux enfants qui n'en ont pas

le
0
L'impression 3D veut donner une main aux enfants qui n'en ont pas
L'impression 3D veut donner une main aux enfants qui n'en ont pas

Maxence a six ans et est né sans main droite. Il a été équipé lundi d'une prothèse de main imprimée en 3D, technologie peu coûteuse et ludique mais qui ne bénéficie d'aucun agrément médical.Depuis 2013, une fondation américaine, e-NABLE, a lancé un réseau philanthropique d'un genre particulier: mettre en relation des personnes disposant d'imprimantes 3D avec des familles ayant des enfants à qui il manque des doigts ou une main. Déjà plus de 1.500 prothèses ont été fournies via la plateforme."C'est comme ça que nous avons été mis en contact avec Thierry Oquidam. Il avait déjà produit bénévolement ce type de prothèses pour des enfants à l'étranger et il souhaitait en faire bénéficier un enfant en France", a expliqué le père de Maxence, Eric Contegal.Aidé par ses parents, très ému et le visage radieux, Maxence a enfilé lundi soir sa main de super héros, customisée en orange, jaune et bleu, qu'il a baptisée +SuperMax+, devant les journalistes réunis dans la maison familiale à Cessieu (Isère).Nul recours à la chirurgie, elle s'attache avec du velcro et s'utilise comme un gant."C'est la flexion du poignet qui va plier les doigts", en tirant sur les tendons, a expliqué Thierry Oquidam pour qui "cela permettra à Maxence d'être le super héros avec un truc en plus et non plus le petit garçon avec un truc en moins".Maxence s'est ensuite essayé à la balançoire, avant de lancer une balle de tennis en direction des journalites."Il va découvrir les choses qu'on fait à deux mains et que lui fait à une main et demie, notamment le vélo" qu'il pratique depuis l'âge de deux ans et demi, a déclaré M. Contegal."On verra à l'usage! S'il la garde c'est qu'il voit un intérêt, et si il trouve que ça le gêne plus qu'autre chose, il la posera, c'est sa main, c'est lui qui décidera", a-t-il ajouté."Ce n'est pas comme un appareillage médicalisé, c'est une nouveauté ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant