L'imposition sur les retraits : comment ça marche ?

le
1

Dans un contrat d'assurance vie, les retraits partiels ou totaux impliquent une imposition sur les revenus. Le titulaire a le choix entre l'imposition sur le revenu ou le prélèvement libératoire forfaitaire.

Fiscalité des retraits

L'assurance vie est un produit financier intéressant sur le plan fiscal, à partir de quatre années de détention. Mais les contrats, qu'ils soient monosupports en euros ou multi-supports, s'accompagnent d'une fiscalité sur les revenus générés, c'est-à-dire sur les intérêts et plus-values. Cette fiscalité s'applique également aux retraits, lorsque le titulaire retire tout ou partie de son épargne.

Pour s'acquitter de son impôt, le titulaire a le choix entre imposition sur le revenu et prélèvement libératoire forfaitaire (PLF), quel que soit l'âge du contrat.

Impôt sur le revenu, comment ça marche ?

La première possibilité pour le titulaire d'un contrat d'assurance vie est d'intégrer ce retrait à l'impôt sur le revenu. La somme sera ainsi ajoutée à l'assiette d'imposition. Il faut noter qu'en cas de retrait après 8 ans, un abattement de 4 600 ? s'applique. Il est donc préférable d'attendre ce délai pour effectuer un retrait.

Le Prélèvement Libératoire Forfaitaire

La deuxième option pour régler l'impôt est le prélèvement libératoire forfaitaire (PLF). Celui-ci s'applique à hauteur de 35 % pour les contrats de moins de 4 ans, 15 % pour les contrats entre 4 et 8 ans, et 7,5 % pour les contrats de plus de 8 ans. Là encore, l'abattement de 4600 ? est applicable.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2533274 le lundi 21 jan 2013 à 17:21

    infvormations erronées concernant le prélèvement libératoire Loi de finances 2013 suppression ?