L'impasse se confirme pour les retraites complémentaires Agirc / Arrco

le , mis à jour à 18:41
47

Le dialogue social semble toujours bloqué sur le dossier Agirc-Arrco alors que les caisses se vident inlassablement.
Le dialogue social semble toujours bloqué sur le dossier Agirc-Arrco alors que les caisses se vident inlassablement.

Les prévisions financières ne cessent de se dégrader pour les organismes de retraites complémentaires des cadres (Agirc) et des salariés non-cadres (Arrco). Même en supposant leur fusion, les deux complémentaires pourraient « faire faillite » dès 2023.

Il y a déjà un an, l’Agirc (caisse de retraite complémentaire des cadres) estimait que ses caisses seraient vides d’ici 2018 à cause du creusement de ses pertes annuelles. Cette estimation se confirme aujourd’hui selon une information des Echos, tandis que les prévisions se dégradent pour le projet de fusion entre l’Agirc et l'Arrco (caisse de retraite complémentaire des salariés non-cadres).

En effet, alors qu’en juin dernier les deux organismes avaient estimé que leurs caisses « fusionnées » seraient vides à l’horizon 2025, l’estimation aurait été avancée à 2023 selon Les Echos.

Ces estimations se rapprochent ainsi de celles de la Cour des comptes rendues publiques en février dernier. L’institution estimait déjà que la fusion des deux caisses aboutirait à des tiroirs vides dès 2023, et alertait sur un éventuel assèchement des réserves dès 2016 pour l’Agirc. Rappelons que l’assèchement des liquidités serait fatal pour ces deux organismes dont les statuts interdisent l'endettement.

Blocage du dialogue sur le projet de fusion Agirc-Arrco

Étant donnée l’urgence de la situation, toute solution rapide et efficace devrait être bonne à prendre. Ainsi, malgré la dégradation des prévisions, le projet de fusion des deux caisses est toujours l’un des principaux envisagés pour que l’Agirc puisse bénéficier des fonds de l’Arrco pour ne pas « être à sec » d’ici seulement trois ans. Problème : cette solution, qui ne ferait par ailleurs que repousser l’échéance d’une « faillite du système », est toujours rejetée par les principaux partenaires sociaux.

 « La CFE CGC, le syndicat des cadres, est bien déterminée à ne pas laisser disparaître son régime de retraites complémentaires, l'Agirc. À dix jours de la reprise des négociations sur les retraites complémentaires des salariés, le 27 mai, la CFE CGC lance ce mardi une campagne préventive contre une fusion des caisses Agirc et Arrco qui concerne, elle, l'ensemble des salariés cadres compris. Pour le syndicat, cela sonnerait le glas du statut des cadres », expliquait Le Figaro en cours de journée.

« Pour sauver l’Agirc, la CGC propose plutôt d’augmenter de 1,25 points les cotisations à ce régime, supplément qui ne générerait des droits qu’à hauteur de 1 point. La mesure coûterait en moyenne 6,65 euros par mois à un cadre, plus 10,85 euros à son employeur et rapporterait un milliard d’euros par an », expliquait plus en détails Les Echos.

Un chiffre à comparer au déficit de l’Agirc, dépassant les 3 milliards d’euros par an depuis 2012. En somme, même la solution proposée par la CGC ne compenserait qu’un petit tiers du problème.

Causes profondes : vieillissement de la population et taux faibles

En cause dans cet effondrement des réserves des caisses complémentaires : le vieillissement de la population, bien sûr, mais aussi la baisse des taux d’intérêts en zone euro.

Concernant le vieillissement de la population, on rappellera que l’Agirc compte désormais 2,7 millions de bénéficiaires retraités pour 4 millions de cotisants. Or, les pensions versées aux retraités dépassent très nettement les montants versés par les cotisants. Même chose du côté de l’Arrco, qui bénéficie à 11,9 millions d’anciens salariés désormais retraités tout en comptant 18,1 millions de cotisants avec un déséquilibre comparable à celui de l’Agirc.

Les taux pratiqués en zone euro (notamment ceux des obligations souveraines) sont quant à eux tombés à des niveaux historiquement faibles cette année, et ce malgré leur récent rebond qui pourrait n’être qu’éphémère. Or, les caisses Agirc et Arrco gèrent principalement leurs fonds en les investissant sur les marchés de taux. Les recettes de ces caisses baissent ainsi progressivement du fait que les anciennes obligations « bien rémunérées » arrivent à échéance, et sont remplacées par des obligations plus récentes au taux de rémunération proche de 0%.

La conjugaison des deux facteurs crée ainsi un cocktail détonnant auquel le système de retraite par répartition n’est malheureusement pas adapté.

X. Bargue

Relisez nos précédents articles sur les difficultés financières de l’Agirc et l’Arrco :

- Gouffre financier pour la caisse de retraite des cadres

- Caisses de retraites complémentaires : des chiffres plus alarmants que prévu

- 55% des Français pensent que les complémentaires retraite feront faillite d'ici 5 ans

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pier4564 le vendredi 22 mai 2015 à 19:04

    prélèvement sur le salaire des fonctionnaires et suppression des régimes spéciaux, prélèvement sur les retraites!

  • fquiroga le vendredi 22 mai 2015 à 08:45

    C'estb sur que les retraites des fonctionnaires (incluant le surnombre) ne risquent rien.......

  • M7097610 le mercredi 20 mai 2015 à 18:25

    prestations et cotisations bien sûr...c'est une proposition pour combler le trou annuel. Autrement, c'est faillite : pas compliqué !

  • M7097610 le mercredi 20 mai 2015 à 18:24

    jpam, apprenez à lire. je ne propose pas une baisse de 50 %, je propose que l'insuffisance de financement soit répartie pour moitié sur les prestations et pour moitié sur les prestations

  • M2941863 le mercredi 20 mai 2015 à 17:43

    @frede331, la répartition c'est une belle c...... !! Je n'ai pas à "répartir" le fruit de mes cotisations! Faut faire comme en Suisse, Angleterre etc... ceux qui travaillent se constituent une retraite auprès de l'organisme de leur choix et sont sure que leur fric ne va pas dans les poches de ceux qui ne font rien et attendent que les autres payent pour eux, comme le bon exemple français, dénommé "modèle social"...

  • frede331 le mercredi 20 mai 2015 à 16:55

    Merci aux dogmatiques qui ont tjs refusé les fonds de pension et la retraite par capitalisation. On voit le resultat, les dividendes du CAC partent dans les poches des retraités de Miami , le CAC est etranger , la richesse se barre et il n'y a rien pour compenser la repartition , cet espece de Maddof geant

  • tropfort le mercredi 20 mai 2015 à 15:47

    Les socialistes REFUSENT de bien gérer notre pays. Ce sont des irrespons.

  • M467862 le mercredi 20 mai 2015 à 13:50

    Il faut généraliser les "retraites chapeaux" et supprimer l'Argic et l'Arrco. Vos avis svp.

  • ttini le mercredi 20 mai 2015 à 12:35

    effectivement, vérifié sur des sites officiels . pratiquement 800 € sans avoir cotisé. et bien continuons le suicide.

  • j.barbe6 le mercredi 20 mai 2015 à 10:51

    Le socialiste fonctionnaire aime niveller sauf quand cela concerne ses priviléges.Les caisses de retraite du privé sont pompées par les fonctionnaires. A cela il faut rajouter les déficits pour que nos retraités et agents du publics continuent à voter PS tout en parlant d'égalité et de mérite.Tiers ETAT= le privé.