L'impasse de ne pas vouloir toucher aux fonctionnaires

le
0

Entre l'élection de François Hollande et la fin 2014, les effectifs au sein de l'État auront augmenté de plus de 3300 postes. 

À l'approche des municipales, on comprend que le gouvernement hésite à appliquer une cure d'austérité aux 5 millions de fonctionnaires, son électorat traditionnel. Sitôt élue en 2012, la nouvelle majorité s'est empressée de mettre fin à la mesure phare du quinquennat Sarkozy: le non-remplacement d'un départ à la retraite de fonctionnaire sur deux. Une règle qui a permis de supprimer 150.000 postes au sein de l'État en cinq ans.

Le gouvernement Ayrault vise, lui, une stabilisation à terme des effectifs. Compte tenu des 65.000 créations de postes prévues à l'éducation, la justice, la police et la gendarmerie, cet objectif suppose des suppressions dans les autres ministères. Pour l'instant, cette feuille de route, pourtant moins restrictive que la précédente, n'est pas tenue. Entre l'élection de François Hollande et la fin 2014, les...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant