L'immunité innée, patrimoine commun du monde animal

le
0
AVIS D'EXPERTS- Jules Hoffmann , biologiste, membre de l'Académie des sciences et prix Nobel de médecine en 2011 et Jean-Luc Imler, biologiste et chercheur à l'Université de Strasbourg-CNRS nous explique comment l'évolution a façonné notre système immunitaire.

Notre remarquable résistance aux micro-organismes est sous-tendue par deux types de réponses immunitaires. L'une, dite innée, est commune à tous les groupes animaux, l'autre, dite adaptative (ou acquise) n'est apparue que tardivement dans l'évolution.

Pour pénétrer dans notre corps, les micro-organismes doivent d'abord franchir les barrières tissulaires (les épithélia) situées aux interfaces avec l'extérieur, notamment dans les poumons, le tube digestif, la sphère urogénitale et la peau. Passée cette étape, ils sont confrontés à un arsenal de molécules et de cellules sanguines (macrophages, globules blancs neutrophiles, cellules dendritiques...) qui vont les détruire en les phagocytant.

Mais ces cellules sanguines ont d'autres armes de défense. Elles possèdent en effet des mécanismes de reconnaissance («récepteurs») qui se fixent sur des structures typiques des micro-organismes: motifs répétés de sucres ou de graisses complexes, présents à la surface de

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant