L'immunité de DSK en question à la première audience civile

le
0
À New York, si la procédure au pénal a été abandonnée, celle au civil continue, après la plainte déposée en août 2011 par Nafissatou Diallo contre Dominique Strauss-Kahn pour «agression violente et sadique».

Mis en examen pour «proxénétisme aggravé» en France, Dominique Strauss-Kahn n'en a pas fini pour autant avec la procédure au civil à New York. Une audience présidée par le juge Douglas McKeon s'est tenue mercredi après-midi au sein de la Cour suprême du Bronx, en l'absence de Nafissatou Diallo et de DSK, après la plainte déposée le 8 août 2011 par la femme de chambre guinéenne pour «agression violente et sadique» le 14 mai précédent.

À la différence des poursuites pénales abandonnées il y a sept mois contre lui, Strauss-Kahn ne risque plus la prison désormais. Toutefois, si procès il devait y avoir, il pourrait être amené à payer de très lourds dommages et intérêts à la plaignante, dût-il être reconnu coupable des faits qui lui sont reprochés. Quatre-vingt-dix pour cent des procédures au civil débouchant sur un règlement à l'amiable entre les deux parties, et afin d'éviter une procédure interminable et tout aussi coûteuse au final, le

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant