L'immuable Arabie fête sans faste son indépendance

le
0
À 80 ans, le royaume, dirigé par le roi Abdallah, réforme à pas lents.

C'est un anniversaire bien discret. L'Arabie saoudite fêtera dimanche ses 80 ans sans tambour ni trompette. La traditionnelle «danse du sabre» a été supprimée dans les réceptions des ambassades. À Riyad, gigantesque capitale plantée au milieu du désert, aucune affiche, aucune banderole ne célèbre le jour où le roi Ibn Saoud donna son nom au pays conquis par le glaive et le Coran. Son fils Abdallah, le souverain actuel, ne devrait d'ailleurs pas se trouver sur le sol saoudien, continuant ses vacances au Maroc.

Les explications des officiels varient. Le pays est en deuil, explique-t-on. À cause de la mort du prince héritier Nayef en juin dernier, affirment les uns. Pour honorer les morts de la répression syrienne, affirment d'autres. Troisième raison possible, le concept de nation n'a jamais plu aux religieux officiels, pour qui l'Arabie est une terre sacrée. Le roi Abdallah n'a imposé la fête nationale qu'en 2005, l'année de son avènement.

Héritiers octogénaires

M

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant