L'immobilier en tête des placements les plus performants

le
0

Une étude réalisée sur la demande de meilleurtaux.com indique que depuis la seconde moitié des années 1990, l’investissement immobilier figure parmi les placements les plus rentables.

 Face à l'abondance de produits d'épargne, meilleurtaux.com fait conduire une étude visant à comparer le rendement des 7 principaux placements du marché : l'immobilier, les actions (CAC 40), les obligations d'Etat (OAT 10 ans), les Sicav monétaires (Euribor 3 mois), l’assurance-vie fonds euros, le Livret A et l'or. Une simulation a été réalisée sur chacun des placements sur 10 ans et pour chaque année entre 1980 et 2003. Du fait de sa versatilité, l'impact fiscal n'a pas été retenu.

Porté par la croissance des prix immobiliers et la baisse des taux d’emprunt, le rendement d’un logement détenu 10 ans s’est accru jusqu’en 1999.

Et si l’atonie des prix qui perdure depuis 2008 a affaibli le rendement des achats immobiliers effectués après 1999, il n'en demeure pas moins que la rentabilité des acquisitions réalisées entre 2000 et 2003 est demeurée nettement supérieure à celles des 7 autres placements étudiés.

Parmi les placements sur 10 ans réalisés entre 1980 et 2003, l’immobilier est celui ayant offert, en moyenne, les rendements les plus élevés, et ce pour une volatilité inférieure à celles des actions et de l’or. A l'autre bout, l'or a été le support le moins performant.

L'immobilier a surclassé en moyenne les autres placements, en particulier depuis 1990-1995. Il est suivi par les placements en actions, OAT, assurance-vie et le Livret A. Cependant, ce n'est pas vrai sur toutes les périodes de 10 ans : sur certaines, l’immobilier sous performe les actions, l'assurance-vie ou les OAT.

La performance de l'immobilier due à des facteurs propres à cet investissement. Il s'agit, d'abord de l'impact du levier du crédit. Puis et surtout, de l'importante hausse des prix de cet actif depuis mi-1990.

Concernant l'avenir, l’étude rappelle l'utilité de la diversification car "quand certains placements performent, d'autres ont des rendements plus faibles ". Dans un scénario où l'immobilier ne s'apprécierait pas aussi bien qu'il l'a fait depuis 1995-2000, le rendement de cet investissement sera plus faible et donc plus en ligne avec sa volatilité modérée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant