L'immobilier en relais des obligations

le
0
(lerevenu.com) - L'un des plus gros fonds de pension au monde, la Caisse de dépôt et placement du Québec, a annoncé qu'il allait investir environ 10 milliards de dollars canadiens dans l'immobilier, ces dix-huit prochains mois. Cet institutionnel cherche à améliorer le rendement de ses investissements, pour l'essentiel constitués de placements obligataires. Sur ses 160 milliards de dollars (canadiens) d'encours placés, la Caisse veut faire monter de 30 à 40 milliards les actifs investis dans le seul immobilier.

Nombre d'institutionnels dans le monde, fonds de pension, ou caisses de retraite, estiment que l'investissement dans les bureaux et les centres commerciaux devient une diversification majeure, hors des actifs obligataires, qui rapportent désormais trop peu. En outre, si le niveau général des taux venait à remonter de façon significative, ces titres pourraient faire apparaître de lourdes pertes en capital dans leurs portefeuilles.

Le responsable des investissements dans l'immobilier de Caisse de dépôt et placement du Québec ne paraît pas très enthousiaste pour l'immobilier commercial de l'Europe continentale qui, d'après ses déclarations au Financial Times, font encore courir de grands risques, pour cause de croissance économique languissante. Il préfère les États-Unis, la Chine ou la Grande-Bretagne où il vient d'ailleurs d'acheter un immeuble de 265 millions de livres dans la City. Reste à savoir si les institutionnels français vont eux aussi procéder à cette réorientation similaire de leurs placements, dans l'achat en direct de parts de centres commerciaux ou, en Bourse, d'actions d'Unibail-Rodamco et autres Klépierre.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant