L'immobilier de l'Euro 2016 en six chiffres

le
0

Stades rénovés, tonnes et mètres carrés par milliers... À côté des scores, découvrez ces quelques chiffres qui se sont glissés au cœur de l’événement sportif de la saison.

Ça y est, le top départ a été donné et la valse des 51 matchs de l’Euro 2016 a commencé. Il y a quelque temps, le Figaro Immobilier testait vos connaissances et vous mettait au défi de reconnaître en images les dix stades hôtes de l’événement. Aujourd’hui, pas de devinette mais quelques chiffres plutôt amusants et surprenants pour tous les curieux, footeux ou pas! On se lance, du plus connu au plus cocasse.

1,7 milliard d’euros de travaux

Voici le montant global des travaux qui a été consacré à la rénovation (ou construction) des stades de l’Euro 2016. À elle seule, la rénovation du stade des Lumières à Lyon a coûté 400 millions d’euros et 184 millions ont été dépensés pour le stade Matmut-Atlantique à Bordeaux. Ces deux vedettes ont amélioré leur capacité d’accueil et le stade girondin s’est même doté d’un WiFi haute densité pour permettre à 20.000 personnes d’être connectées en même temps. Le Stade Vélodrome à Marseille lui, s’est offert une architecture incroyable: une véritable vague, digne de la Cité phocéenne. Il devient le deuxième plus grand stade de France avec une capacité d’accueil de 67.000 personnes.

220.000 chambres d’hôtels

Réparties dans les dix villes-hôtes de l’événement, ces 220.000 chambres d’hôtel sont prêtes à accueillir plus de 1,5 million de supporters pendant les quatre semaines de compétition (recensement de Bureau Veritas). D’ailleurs, une étude de l’UFC-Que Choisir a révélé que les hôteliers dopaient leur facture de 80% dans les villes accueillant l’Euro 2016. Également prises d’assaut par les demandes de réservations, les locations saisonnières ont aussi vu leur prix flamber: +54% en moyenne pour les logements proposés durant la compétition, d’après le comparateur en la matière Likibu.com.

7500 tonnes de toiture

C’est effectivement le poids du toit métallique (et rétractable!) du stade Pierre Mauroy à Lille, ou plus précisément Villeneuve-d’Ascq. Soit 100 tonnes de plus que la Tour Eiffel! Malgré cette masse colossale, l’imposant couvre-chef a été soigneusement élaboré afin de pouvoir se fermer entièrement en cas d’intempéries, en seulement trente minutes chrono. Qu’il pleuve, qu’il grêle ou qu’il vente, les joueurs et les supporters devraient donc pouvoir apprécier les six matches prévus en ce lieu... au sec! Ce stade a été le premier livré dans le cadre de l’Euro 2016 et il devient une enceinte unique en France.

1480 m² d’écrans géants

Voilà la surface que l’on pourrait couvrir si l’on additionnait la taille des écrans géants qui équipent les dix stades de la compétition! Et c’est sans compter les vingt écrans géants supplémentaires installés dans les dix fans zones accueillant les spectateurs qui n’ont pas eu de billets. Rien que sur la fan zone du Champ-de-Mars à Paris au pied de la Tour Eiffel, neuf écrans ont été répartis sur 130.000 mètres carrés, dont un de 420 mètres carrés... le plus grand du monde!

700 m² de panneaux solaires

Il s’agit de l’installation énergétique qui a été mise en place sur le toit de la tribune nord du stade de Bordeaux. L’objectif? Que celui-ci devienne autosuffisant en énergie en dehors des événements majeurs. Astuce en plus: l’eau de pluie glissant sur cette toiture est récupérée et redistribuée pour l’arrosage de la pelouse. La construction de ce stade qui a duré 25 mois a intégralement été pensée avec une démarche QSE (qualité-sécurité-environnement). Aux 700 mètres carrés de panneaux solaires s’ajoutent pour les espaces internes du stade une isolation de haut niveau et un système de chauffage permettant d’équilibrer les températures. Une véritable source de fierté pour l’équipe!

1 ferme éolienne

Pour compenser le CO2 émis par les déplacements en avion dus à l’événement et minimiser l’impact environnemental de celui-ci, l’UEFA et Euro 2016 SAS ont décidé de financer une ferme éolienne en Nouvelle-Calédonie. À cet effet, deux villages isolés du pays devraient être approvisionnés en énergie propre grâce à ces éoliennes, conçues spécialement pour résister à des conditions météorologiques. Désireux de s’engager dans une démarche éco-responsable, les organisateurs de l’Euro ont également lancé (entre autres) un éco-calculateur UEFA EURO 2016 pour inciter les spectateurs à choisir le moyen de transport le plus écologique ainsi qu’un «Trophée du Respect de l’Environnement» impliquant les stades, villes hôtes et équipes pour promouvoir les bonnes pratiques environnementales.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant