L'immobilier de bureaux francilien chute de près de 20 %

le
0

(NEWSManagers.com) - 19 %. Tel est, selon Immostat-IPD, le recul des transactions en un an constaté au 1er semestre 2013 commercialisés sur le marché des bureaux franciliens en l'espace d'un an. La chute concerne à la fois les petites surfaces inférieures à 500 m² (- 21 %) que les grandes surfaces de plus de 10 000 m² (- 48 %), indique un communiqué.

La faiblesse des opérations en compte propre et clé en main explique en grande partie cette tendance, qui avait porté le marché des grandes surfaces en 2011 et 2012. À l'inverse, " on note une bonne résistance des moyennes surfaces et une augmentation significative du volume commercialisé sur le créneau 5 000 ? 10 000 m² (+ 38 %) avec notamment l'extension de BNP Paribas à Pantin sur 7 000 m²" . Cela étant, le volume global de transactions du 1er semestre reste nettement en deçà de sa moyenne de longue période qui s'établit à 1 111 000 m².

De son côté, l'offre à un an a légèrement progressé depuis le début de l'année (+ 2 %) pour atteindre 4,8 millions de m². Ces chiffres sont à mettre en perspective avec la croissance économique prévue en repli (- 0,4 %) ainsi que la dégradation du marché de l'emploi francilien (- 25 000 postes attendus).Sur l'ensemble de l'année 2013, le recul du volume des transactions est attendu autour de 1,8 million de m², ajoute Immostat-IPD.

Par ailleurs, en termes de rendements, les actifs " core" affichent une orientation baissière des taux " prime" depuis plusieurs trimestres. À l'inverse, pour les actifs dits " secondaires" , une tension sur les taux est observée, les investisseurs tenant à préserver une prime de risque significative.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant