L'immobilier commence l'année 2017 en forte hausse à Paris comme en province

le
1

Début d'année en fanfare pour l'immobilier à Paris comme en province, sauf à Lille et à Lyon.
Début d'année en fanfare pour l'immobilier à Paris comme en province, sauf à Lille et à Lyon.

Les chiffres ont de quoi surprendre. En seulement un mois, les prix de l’immobilier ont progressé en moyenne de 1% à Paris et même 2% à Bordeaux. Les acheteurs auraient décidé de passer à l’acte pour profiter des faibles taux de crédit avant leur éventuelle remontée.

« À Paris, les prix ont augmenté en moyenne de +1% en janvier 2017. Cela représente une hausse cumulée de +2% depuis le 1er décembre 2016 » observe le site d’informations immobilières MeilleursAgents.com, qui commente les données de son dernier baromètre mensuel des prix de l’immobilier basé sur les signatures de promesses de ventes.

« La hausse est particulièrement sensible sur les petites surfaces (+1,2% en un mois) qui attirent en premier lieu les primo-accédants à la recherche de prix accessibles, de montants finançables et de surfaces réduites (studios et deux pièces). Les grandes surfaces familiales (3 pièces et plus) sont un peu moins recherchées pour des questions de saisonnalité mais voient leurs prix moyens augmenter de +0,8% en un mois et +1,8% depuis le 1er décembre dernier » détaille Sébastien de Lafond, Président de MeilleursAgents.

Cette observation est valable dans toute l’Ile-de-France. « Les départements de la Petite Couronne ont vu leurs prix moyens augmenter de +0,7% [en janvier]. La hausse est particulièrement forte dans les Hauts-de-Seine (+0,9%) et en Seine-Saint-Denis (+0,8%). La hausse est plus modérée en Val-de-Marne (+0,4%). En moyenne, les prix ont augmenté de +1,7% en Petite Couronne depuis le 1er décembre 2016 ».

La hausse des prix se retrouve également dans la plupart des grandes villes de France. À Bordeaux, les prix ont ainsi progressé de 2,0% en janvier. À Strasbourg, les prix ont augmenté de 1,5%, permettant d’effacer en seulement un mois la quasi-totalité de la baisse observée en 2016.

« Toutes les villes ont vu leurs prix moyens augmenter fortement en janvier 2017 sauf à Lyon par accident conjoncturel et surtout à Lille en raison de la mise en œuvre de l’encadrement des loyers » commente MeilleursAgents.com.

Baromètre des prix de l'immobilier dans les 10 principales villes de France au mois de janvier 2017. Source : Mei
Baromètre des prix de l'immobilier dans les 10 principales villes de France au mois de janvier 2017. Source : MeilleursAgents.

Pour Sébastien de Lafond, « La situation est simple : face à la hausse annoncée et maintenant réelle des taux d’intérêt, les ménages solvables décident d’agir sans plus attendre pour bénéficier de conditions encore exceptionnelles ».

L’OAT à 10 ans, 20 ans et 30 ans, qui servent de référence pour connaître le « taux sans risque » à appliquer de manière minimale à tout emprunteur en fonction de sa durée d’emprunt, poursuivent en effet une tendance haussière depuis trois mois.

Le taux d’emprunt français à 10 ans est remonté aux alentours de 1,1% et l’OAT à 20 ans est repassée au-dessus de 1,7%. Le taux à 30 ans, qui peut être utilisé comme référence minimale pour les prêts immobiliers à plus de 25 ans, est repassé au-dessus de 2%.

Sébastien de Lafond explique : « Le début d’année étant pour les banques une période traditionnelle de conquête de nouveaux clients et les stocks de biens disponibles restant relativement élevés, tout est en ordre pour favoriser les transactions et surtout augmenter sensiblement les prix. Ces hausses de prix ne reposent donc pas sur des fondamentaux solides mais seulement sur une situation conjoncturelle peu pérenne ».

« Ce double effet d’accélération des transactions et de hausse des prix va logiquement s’atténuer avec l’augmentation progressive des taux » insiste MeilleursAgents.com.

Un fort rebond des taux d’intérêt n’est cependant pas à attendre selon Sébastien de Lafond, qui estime que « Les taux ne devraient pas augmenter trop fortement sur l’année 2017 et devraient rester sous la barre des 2% voire 2,5% » pour une échéance à 20 ans.

Cette prévision reste incertaine du fait que « l’environnement politique est beaucoup moins prévisible » reconnaît le président de MeilleursAgents. « L’arrivée de Donald Trump au pouvoir, les élections en France et en Allemagne, le Brexit sont autant de questions ouvertes dont personne aujourd’hui ne connaît véritablement les réponses ».

 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sibile il y a 10 mois

    si ça continue comme ça, on va avoir une hausse à 2 chiffres en 2017