L'immobilier aussi se met au financement participatif

le , mis à jour à 17:27
0

Les plateformes de crowdfunding immobilier se multiplient actuellement. Les rendements affichés sont alléchants mais la formule n’est pas sans risque.

Il n’y a pas que la musique ou le cinéma qui bénéficient de formules de financement participatif, l’immobilier s’y met aussi. Depuis plus d’un an les plateformes Internet proposant aux particuliers d’investir dans la pierre se multiplient, aussi bien pour des programmes neufs que dans l’ancien. À chaque fois les internautes placent quelques centaines à plusieurs milliers d’euros aux côtés d’investisseurs ou de promoteurs avant de récupérer leur capital assorti de bénéfices… si tout se passe bien.

Sur le papier la formule est séduisante. Elle permet à la fois aux porteurs de projets d’élargir leurs sources de financement à un moment où les banques ne se pressent pas pour leur accorder des crédits et de l’autre, elle répond à une demande des épargnants de diversifier leurs formes d’investissements. Pas étonnant, donc, que se soient développées ces sociétés telles que Anaxago, Lymo, WiSeed ou Hipipipimmo. Aux Etats-Unis, la plateforme Realty Mogul a déjà permis de lever près de 50 millions de dollars et ne compte pas s’arrêter là. Plus spécialisées, d’autres sociétés choisissent de financer spécifiquement des projets solidaires. C’est le cas par exemple de Spear qui vient de collecter 150.000 euros pour une rénovation écologique à Montreuil pour y installer un espace de co-working associatif.

Pourtant, si certaines de ces sociétés font miroiter des rendements pouvant approcher 10 %, la prudence reste de mise. Tout d’abord, elles sont très jeunes et pas toujours lancées par des professionnels de la pierre reconnus. Il n’y a donc pas de recul, pour l’instant, sur des opérations achevées permettant de connaître leur rendement réel. Par ailleurs, les montages juridiques sont parfois complexes notamment dans certaines formules proposant de partager un bien immobilier ancien entre plusieurs copropriétaires.

A utiliser avec prudence et modération en se souvenant qu’un actif aussi tangible que la pierre ne garantit en rien un rendement ou une revente rapide. D’ailleurs les règles de l’Autorité des marchés financiers (AMF) obligent ces sites à rappeler clairement les risques de perte totale ou partielle du capital ainsi que l’illiquidité de ce genre d’investissement.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant