L'immobilier allemand s'attend à tirer profit du Brexit

le
0

Quelque 57% des professionnels de l’immobilier s’attendent à des prix en hausse et une augmentation du nombre de transactions. La ville de Francfort serait la première à être touchée par cette tendance.

Immobilier de bureaux britanniques, immobilier résidentiel, conséquences sur le marché français... Le Brexit fait beaucoup réagir les professionnels du secteur, dans les différents pays européens. L’Allemagne anticipe elle-aussi des conséquences... Les professionnels allemands de l’immobilier s’attendent en effet à ce que la décision britannique de quitter l’UE accélère la hausse des prix sur le marché allemand, particulièrement dans la capitale financière Francfort, selon un sondage publié lundi.

Selon cette enquête menée par le cabinet de conseil EY auprès de plus de 500 acteurs du marché allemand de l’immobilier, 57% de ceux-ci anticipent des effets positifs du Brexit sur le secteur, c’est-à-dire des prix en hausse et une augmentation du nombre de transactions. Longtemps à la traîne en Europe, les prix allemands de l’immobilier sont déjà sur une tendance ascendante marquée depuis quelques années.

Hausse prononcée à Francfort?

Alors qu’à Londres, face à l’afflux massif de demandes de retraits d’argent, sept sociétés de gestion ont déjà fermé ponctuellement leurs fonds investis dans des bureaux britanniques, la ville de Francfort sera en première ligne pour profiter du mouvement: 86% des sondés tablent sur des prix en hausse pour l’immobilier résidentiel et 79% sur une progression dans l’immobilier de bureau.

Depuis que les Britanniques ont voté le 23 juin pour quitter l’Union européenne, plusieurs grandes villes européennes se positionnent pour supplanter Londres comme capitale financière européenne, puisque la City risque de ne plus pouvoir faire office de porte d’entrée pour le marché européen. Francfort, qui abrite déjà la Banque centrale européenne (BCE), la principale place boursière allemande et de nombreuses banques, paraît bien placée dans la course.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant