L'immeuble en bois et en paille le plus haut de France est sorti de terre

le
5
Une résidence HLM de huit étages, conçue en bois et en paille, est inaugurée ce vendredi dans les Vosges. Un projet inédit : ces matériaux étaient jusqu'alors réservés à des constructions de trois à quatre étages au maximum.

Un projet immobilier bénéfique pour la planète et pour le porte-monnaie des résidents. C'est ce double pari qu'a relevé le Toit vosgien, un bailleur social installé à Saint-Dié-des-Vosges, en région Lorraine, avec son immeuble HLM entièrement conçu en bois et en paille. La résidence Jules-Ferry, dont les travaux de construction ont démarré fin 2012, sera inaugurée ce vendredi. Installée sur un terrain de 2500 mètres carrés, elle offre 26 logements de type 3 et 4 en location divisés en deux bâtiments. Avec ses huit étages, cet immeuble est le plus haut jamais construit dans ces matériaux en France. La construction en bois et en paille était jusqu'alors réservée à des bâtiments «de trois à quatre étages au maximum», soulignait récemment Jean-Marc Gremmel, le directeur du Toit vosgien.

Le chantier a pû se dérouler rapidement grâce à un système de préfabrication de 700 caissons en bois, dans lesquels cinq bottes de paille agricole sont hermétiquement enfermées, et qui ont été empilés pour constituer les façades. Au total, 10 hectares de paille ont été utilisés. Un principe de construction «simple et économique», vantent les concepteurs dans leur dossier de présentation du projet. Ces parois, épaisses de 40 centimètres, coûtent en effet à peine plus cher qu'un mur en polystyrène et enduit, une solution économique mais peu écologique, soit 175 euros hors taxes le mètre carré contre 135 euros. Et bien moins cher que d'autres solutions d'isolation à base de fibre de cellulose dont la facture peut aller jusqu'à 250 euros le mètre carré. Des coûts raisonnables qui permettent au bailleur de proposer des loyers à moins de 5 euros le mètre carré.

Plus de 3000 maisons de paille en France

Autre avantage pour les locataires, des charges «extrêmement réduites» grâce aux performances énergétiques de l'immeuble. Celui-ci est en effet quasiment autonome en énergie. Quelque 30% des besoins en chauffage, par exemple, sont fournis grâce à la seule optimisation des apports solaires dans les appartements, tandis que des capteurs thermiques assurent plus de 50% des besoins en eau chaude. Résultat, les charges pour le chauffage, l'eau chaude, la ventilation et l'entretien pour un T4 de 90 mètres carrés s'élèvent à seulement 11 euros par mois, soit 132 euros par an (hors consommation d'électricité de l'équipement électroménager).

Le procédé de construction bois et paille n'est pas nouveau en France. Il a réellement pris son essor après des premiers tests réalisés en 2004, qui ont permis la construction de bâtiments recevant du public dès 2006. Selon le Réseau français de la construction paille (RFCP), le pays compte plus de 3000 édifices en bottes de paille. Il se construit quelque 500 nouveaux bâtiments par an aujourd'hui, l'oeuvre d'une filière forte de plus de 150 artisans, architectes, bureaux d'étude et PME qui se sont spécialisés dans ce type de construction.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • d.e.s.t. le vendredi 10 jan 2014 à 19:34

    Pas de doute maintenant: la France est sur la paille!

  • d.e.s.t. le vendredi 10 jan 2014 à 19:33

    Ca fait penser aux maisons des 3 petits cochons qui s'effondrent quand le loup se met à souffler!

  • lorant21 le vendredi 10 jan 2014 à 16:36

    Cela rappelle "Les 3 petits cochons". Ce sera forcément moins bruyant que les immeubles en béton, en tout cas..

  • lhonderm le vendredi 10 jan 2014 à 10:48

    Faux, ce sont des constructions solides. Certaines ont plusieurs siècles aux USA.

  • md24750 le vendredi 10 jan 2014 à 07:51

    Et si une tempête puissante, comme déjà vue.......il n'en restera plus qu'un fétu de paille ! et les gens seront sur la paille ! une paille quoi !