L'imam irakien Moktada al Sadr rappelle ses partisans à l'ordre

le
0
    BAGDAD, 11 juin (Reuters) - L'influent imam chiite irakien 
Moktada al Sadr a ordonné à ses partisans de cesser de 
s'attaquer aux locaux des partis chiites pro-iraniens qu'il dit 
corrompus, après un avertissement des pouvoirs publics.  
    Des militants de son mouvement s'en sont pris jeudi et 
vendredi à des antennes du Conseil islamique suprême d'Irak, de 
l'Organisation Badr et du parti Dawa dans cinq villes du Sud, 
selon les autorités locales. Aucune victime n'a été signalée.  
    Le Premier ministre Haïdar al Abadi, lui-même membre du 
Parti Dawa, a menacé vendredi soir de recourir à la force pour 
mettre fin à ces agressions.  
    "La pression doit être exercée de façon pacifique sur les 
partis politiques corrompus", écrit Sadr dans un communiqué 
également diffusé dans la soirée sur son site internet.  
    Sous la pression du clergé chiite, Haïdar al Abadi a annoncé 
en février son intention de remanier son gouvernement pour 
réduire l'influence des réseaux politiques et claniques qui se 
sont mis en place après l'éviction de Saddam Hussein, en 2003. 
    Après avoir proposé de former une équipe d'experts 
indépendants, il a ensuite revu sa liste pour y inclure des 
représentants des grands mouvements politiques, ce qui lui a 
valu les foudres des sadristes, décidés à en finir avec la 
corruption.  
    Leurs manifestations ont tourné à l'affrontement lorsqu'ils 
ont fait irruption le 20 mai pour la deuxième fois dans la Zone 
verte, quartier administratif et diplomatique du centre de 
Bagdad. Quatre manifestants ont alors été tués.  
    Aucun rassemblement n'a eu lieu aux abords de ce secteur 
sous haute protection depuis le lancement, le 23 mai, de 
l'offensive de Falloudja, ville sunnite tenue par les 
djihadistes de l'Etat islamique à une cinquantaine de kilomètres 
à l'ouest de la capitale. Les sadristes continuent toutefois à 
manifester dans d'autres quartiers de Bagdad et en province.    
 
 (Saif Hameed et Aref Mohammed, Jean-Philippe Lefief pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant