L'imagerie, pour lire dans les pensées ?

le
0
Dans un avis, le Comité national d'éthique s'inquiète des dérives des neurosciences et de la neuro-imagerie.

L'imagerie du cerveau a fait des progrès considérables au cours des dernières années. Elle permet, outre l'anatomie bien sûr, d'observer le cerveau en fonctionnement. Mais jusqu'où et quels sont les risques? «Vous voyez, Gary, cette tache sur l'image de votre cerveau, je l'appelle le signe en or. Quand je la trouve, je pose toujours la question: "Avez-vous déjà été traumatisé?" Il semble que vous ayez connu de nombreux traumatismes dans votre famille en grandissant.» Science-fiction? Non, neurosciences. La scène se passe de nos jours en Californie et Gary Greenberg est atteint de dépression. Il raconte son parcours dans un livre paru il y a deux ans (Manufacturing Depression, Bloomsbury). Le psychiatre qui lui parle, le Dr Daniel Amen, est à la tête de plusieurs cliniques. Pour délivrer son diagnostic, il s'appuie sur les images obtenues la veille par TEP-scan, une technique d'imagerie du cerveau qui détecte l'activité cérébrale.

Ce qu'ignore Gary Green

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant