L'Igas dynamite tout le système actuel du médicament 

le
0
Après l'affaire du Mediator, l'Inspection générale des affaires sociales préconise des mesures drastiques pour le simplifier et égratigne dans son rapport les pouvoirs publics, l'Afssaps et l'industrie du médicament

Pas de mesurettes mais un véritable tremblement de terre. Les propositions de réformes du système du médicament proposées par l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) ne font pas dans la demi-mesure. Et elles ne sont pas tendres avec le système actuel.

Elles préconisent notamment de mettre fin à la visite médicale , c'est une des mesures phares du rapport. Pour évaluer les effets secondaires d'un médicament, l'Igas suggère également de mettre un terme au système actuel basé sur la toxicologie et de le remplacer par des approches épidémiologiques.

«Responsabilité des pouvoirs publics»

Mi-janvier, l'Inspection générale des affaires sociales (Igas), avait déjà rendu un premier rapport qui pointait ce qu'elle appelait les «mensonges» de Servier, le laboratoire qui a commercialisé de 1976 à 2009 le Mediator en France. Dans ses conclusions, l'Igas estimait notamment que le médicament avait manqué, en 1995, une «première occasion» d'être retiré du m

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant