"L'identité heureuse" selon François Hollande

le
1
« Je porte la France fraternelle », affirme l'actuel locataire de l'Élysée.
« Je porte la France fraternelle », affirme l'actuel locataire de l'Élysée.

L'intellectuel, de plus en plus, supplante le politique par le crédit, encore intact, accordé à sa parole. Mais serait-il également en voie de supplanter le journaliste ? On a vu combien, ces derniers jours, les livres politiques consacrés à François Hollande faisaient la part belle à la tactique électorale, aux combinaisons partisanes, aux propos du président de la République sur tel ou tel de ses rivaux... On s'en délecte. On commente les confidences, on les interprète et ? rendons justice à ces livres politiques ? on passe sous silence les chapitres qui abordent les questions de fond.

Le socialisme, « une idée de justice »

Venons-en donc à la dernière prise de parole de Hollande, encore une. Celle-ci est d'un nouveau genre, si bien qu'on peine parfois à reconnaître notre chef de l'État, qui cite Blum et revient sur l'histoire de la gauche et de ses variations. Pierre Nora et Marcel Gauchet ? les deux fondateurs de la revue Le Débat (Gallimard) ? l'ont interviewé et, prouesse, pas l'once d'une référence à Emmanuel Macron, Arnaud Montebourg ou Martine Aubry dans le rendu final.

Dans un premier temps, François Hollande y expose donc sa vision du socialisme, « une idée de justice », selon lui, faisant sienne la définition de Blum, mais aussi de Jaurès. Plus loin, le président pose une question fondamentale : est-ce que « la mondialisation a réduit, voire anéanti, cette...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 3 mois

    Le socialisme, en réponse aux allégations de FH, est tout sauf de la justice, plus tu bosses plus t'es taxé, plus tu ne bosses pas, plus tu reçois des allocs, étrange conception de la "justice PS" !!!!!!