« L'identité heureuse est un très bel objectif »

le
0
« L'identité heureuse est un très bel objectif »
« L'identité heureuse est un très bel objectif »

Les sondages vous placent en tête de cette primaire, avec des écarts qui se creusent. Cette élection peut-elle encore vous échapper ?

ALAIN Juppé. Bien sûr, rien n'est jamais joué.

 

Qu'est-ce qui pourrait faire perdre Alain Juppé aujourd'hui ?

Ah... Alain Juppé peut-être ? Je suis très prudent sur les sondages, car on connaît mal le corps électoral. Je garde la tête froide. Mais c'est évidemment un encouragement à suivre le cap que je me suis fixé.

 

Vous avez dit qu'« en matière judiciaire, il vaut mieux avoir un passé qu'un avenir ». C'est une réponse aux attaques de Sarkozy contre vous ?

Quand on fait la course en tête, on reçoit tous les Scud et j'en ai reçu beaucoup. Mais à un moment, il faut dire stop. Cette petite phrase, c'était une façon de stopper ces attaques, c'était de la légitime défense.

 

Mais n'est-il pas plus souhaitable de n'avoir aucune affaire du tout ?

Oui bien entendu. Mais quand on a un passé, on ne l'efface pas. Ou alors on se fait hara-kiri. Il y a aussi le droit au pardon parfois.

 

Votre concept d'identité heureuse n'a pas été bien compris dans l'opinion. Vos adversaires vous attaquent beaucoup sur ce sujet...

C'est peut-être grâce à l'identité heureuse que ça prend ! J'ai choisi un très bel objectif. Et tous ceux qui ont décidé de jouer les Cassandre et promettre un destin plus difficile que celui d'aujourd'hui se sont mis à côté de la plaque.

 

Pensez-vous comme François Fillon qu'il y a un problème avec l'islam ?

Je suis convaincu qu'une grande partie des Français musulmans ont une conception de leur religion compatible avec les principes de la République. A ceux-là nous devons le dialogue et le respect de la diversité. A condition qu'ils s'engagent très clairement à respecter les lois de la République. Je propose la rédaction d'un code de la laïcité applicable à toutes les religions, puis un accord avec les représentants ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant