L'identité berbère enfin pleinement reconnue

le
0
La crise des idéologies arabes comme le nationalisme, le baasisme et le début du reflux de l'islamisme radical favorisent la reconnaissance des particularismes.

Entassés à l'arrière de pick-up ou installés sur des carrioles tirées par des chevaux, les habitants de la région de Tiflet, une bourgade située à 70 kilomètres de Rabat, convergent vers le marché hebdomadaire. Le souk est un melting-pot où se côtoient Arabes et Berbères. Premiers habitants du Maghreb, ces derniers préfèrent qu'on les nomme les Amazighs, les «hommes libres», plutôt que les Berbères, une appellation gréco-romaine qui désigne le «barbare».

Sous les tentes des cafés de fortune du marché, les conversations sont à mille lieux des débats sur la Constitution des élites de la capitale. On y parle tomates et pastèques. Le référendum de ce vendredi? Ils sont pour. Driss Kanoni, un agriculteur berbère, votera oui, «comme a dit le roi». Sa voisine, en tenue traditionnelle, opine. «Cela va améliorer la compréhension entre nous et les Arabes», assure-t-elle. C'est que la nouvelle Constitution prévoit dans son préambule une reconnaissance de la

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant