L'IAAF pas prête à lever la suspension de la Russie pour les JO

le
0
 (Actualisé avec déclarations du ministre russe des Sports) 
    MONACO, 11 mars (Reuters) - La Fédération internationale 
d'athlétisme (IAAF) estime que la Russie n'a pas encore pris les 
mesures de lutte contre le dopage qui justifieraient la levée de 
son interdiction de présenter des athlètes aux Jeux olympiques 
de Rio de Janeiro en août. 
    Les instances de l'athlétisme russe ont accompli des 
"progrès significatifs", notamment en changeant de dirigeants et 
en lançant des programmes éducatifs contre le dopage, a estimé 
le Norvégien Rune Andersen, président d'un panel d'experts qui 
contrôle les réformes entreprises après la suspension de la 
Russie en novembre. 
    "Toutefois, l'opinion du groupe d'experts est qu'un travail 
important doit encore être fait pour satisfaire les conditions 
d'un rétablissement", a déclaré Rune Andersen devant la presse 
après une réunion du comité de direction de l'IAAF à Monaco. 
    "Nous devons encore interroger des athlètes et des 
entraîneurs désignés dans un rapport de la commission de 
l'Agence mondiale antidopage (AMA) pour appréhender l'ampleur et 
la nature des activités de dopage antérieures", a-t-il 
poursuivi. 
    Le patron de l'IAAF, Sebastian Coe, a laissé entendre qu'une 
décision définitive sur la participation des athlètes russes aux 
JO de Rio serait prise lors de la prochaine réunion du comité 
prévue en mai. 
    Un documentaire de la chaîne allemande ARD, diffusé la 
semaine passée, montrait que les progrès enregistrés en Russie 
étaient peu flagrants. Des entraîneurs suspendus continuent 
d'officier dans le pays et des responsables nouvellement 
désignés renseignaient les athlètes avant l'organisation de 
contrôles inopinés. 
    Dick Pound, co-auteur du rapport de la commission de l'AMA, 
a jugé mercredi que la Russie ne montrait pas l'empressement 
suffisant à imposer les changements nécessaires dans ses 
pratiques de lutte contre le dopage. 
    Invité à s'exprimer après les annonces de l'IAAF, le 
ministre russe des Sports, Vitali Mutko, a fait part de son 
incompréhension auprès d'un journaliste de Reuters. 
    "On nous a dit d'élire un nouveau président, nous l'avons 
fait, on nous a dit de ne pas élire quelqu'un qui a fait ceci ou 
cela, nous l'avons fait", a-t-il déclaré. 
    "Il n'y a pas de critère. Que doivent faire les athlètes 
russes ? Danser sur la table ? Chanter une chanson ?" 
    "Des mois durant, nos athlètes ne sauront pas ce qui va se 
passer", a-t-il poursuivi. 
    "Cela veut dire que nos sportifs vont perdre l'esprit de 
compétition. Ils seront encore une fois punis pour rien." 
    "Cela va complètement à l'encontre de l'esprit et de la 
philosophie du sport et de la lutte contre le dopage dans son 
ensemble. 
     Les JO de Rio débutent le 12 août mais les athlètes doivent 
être inscris un mois auparavant. 
 
 (Mitch Phillips; Pierre Sérisier et Nicolas Delame pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant