L'"hypocrisie" autour de l'adhésion turque à l'UE doit cesser-Valls

le
1
    PARIS, 7 octobre (Reuters) - L'"hypocrisie" entourant la 
question de l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne doit 
cesser, a estimé vendredi Manuel Valls, quelques jours après 
l'appel lancé par le président turc à l'UE pour qu'elle se 
prononce clairement sur cette question.  
    "Je le dis : l'Union n'a pas vocation à s'élargir 
indéfiniment", a déclaré le Premier ministre français dans un 
discours à Paris aux côtés du président de la Commission 
européenne Jean-Claude Juncker à l'occasion des 20 ans de 
l'Institut Jacques Delors. "D'autres Etats, notamment dans les 
Balkans, pourront bien sûr la rejoindre le moment venu, mais il 
faudra aussi savoir dire non. Telle est ma conviction". 
    "La question de la Turquie est, bien sûr, dans tous les 
esprits", a-t-il poursuivi. "C'est un sujet délicat, complexe, 
que l'on ne peut pas régler en un instant, surtout sur des 
tréteaux de campagne électorale. Il faudra pourtant sortir à un 
moment où l'autre d'une forme d'hypocrisie."  
    Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a demandé la 
semaine dernière à l'UE de se prononcer clairement pour ou 
contre l'adhésion de son pays, estimant être arrivé "à la fin du 
jeu". 
    La Turquie, qui a signé en 1963 un accord d'association avec 
l'UE, a entamé des négociations formelles d'adhésion en 2005. 
Mais en raison de l'opposition de plusieurs Etats membres, dont 
Chypre et la France, seuls 16 chapitres de négociations sur un 
total de 35 ont été ouverts à ce jour et un seul a été clôturé.  
   
    L'arrestation de plusieurs milliers de personnes dans le 
cadre de l'état d'urgence instauré en Turquie après la tentative 
de coup d'Etat du 15 juillet a été vivement critiquée par de 
nombreux responsables européens, assombrissant les relations 
entre Bruxelles et Ankara.      
 
 (Jean-Baptiste Vey et Marine Pennetier, édité par Emmanuel 
Jarry) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a un mois

    Mais il devient intelligent notre Manolo, après l'armée française qui supporte l'UE le voilà clairvoyant sur la Turquie, la période électorale lui donne des ailes de lucidité.