L'huile de palme, cet ingrédient qui se niche dans tous les rayons

le
0

Des confiseries aux plats préparés, en passant par certains produits laitiers, laits infantiles, viandes et boissons, la liste des produits qui contiennent cette graisse végétale est longue. Chaque Français en consomme en moyenne 1 kilo par an.

Décriée pour ses effets sur la santé, autant que sur l'environnement, l'huile de palme devrait bien être surtaxée en France dès 2017. La fameuse «taxe Nutella», qui agite régulièrement les débats publics depuis 2012, est grimpera progressivement pour atteindre 90 euros par tonne en 2020. Si cet impôt est affublé du nom de la célèbre pâte à tartiner du groupe italien Ferrero, l'huile de palme est en fait présente dans de nombreux aliments. Des confiseries aux plats préparés, en passant par certains produits laitiers, gâteaux, céréales, desserts, légumes, viandes, sauces ou boissons, on trouve cette graisse végétale dans presque tous les rayons de produits alimentaires.

«Environ 80% de l'huile de palme produite est utilisée par l'industrie agroalimentaire, à l'échelle mondiale», souligne le Conseil européen de l'information sur l'alimentation (EUFIC). «On la trouve dans un large éventail de produits, dont les huiles de cuisson, la margarine, les matières grasses destinées à la boulangerie et à la pâtisserie, les biscuits, les crèmes glacées et dans divers types d'aliments.»

Plusieurs associations se sont lancées le défi titanesque de référencer tous les produits -et marques!- qui contiennent de l'huile de palme. «Cet ingrédient se trouve dans bien plus de produits qu'on ne le pense», souligne par exemple NoPalm.org, qui a mis au point un moteur de recherches dans lequel le consommateur peut «voir en un coup d'oeil si un produit alimentaire contient ou non de l'huile de palme». De même, Adrien Gontier, qui a tenté l'expérience de vivre un an sans consommer d'huile de palme, a récemment publié un Petit guide vert de la palme pour aider le consommateur à s'y retrouver dans les grandes surfaces.

Depuis décembre 2014, la législation européenne (Règlement (UE) n° 1169/2011) rend obligatoire l'indication de toutes les huiles individuelles sur l'étiquetage de produits alimentaires. Une victoire pour les associations qui critiquaient le camouflage quasi-systématique de l'oléagineux sur les emballages des produits derrière des appellations comme «matières grasses végétales».

Les 3-14 ans en consomment le plus

Pourtant quasi omniprésente dans notre alimentation, l'huile de palme est de moins en moins consommée par les Français. «Ces dernières décennies, les huiles consommées par les Français se sont beaucoup diversifiées, et l'huile de palme n'y occupe qu'une place assez faible», insiste l'Alliance française pour une huile de palme durable, qui regroupe les industriels français qui se sont engagés à participer au développement d'une filière durable. Outre l'Association nationale des industries alimentaires (Ania), les groupes Ferrero, Nestlé ou Unilever ont rejoint cette alliance. «C'est l'huile de tournesol qui est actuellement la plus consommée en France, avec plus de 13g/j/personne. Viennent ensuite l'huile de colza et d'olive. L'huile de palme n'arrive en fait qu'au 5ème rang.»

Les Français consommeraient en moyenne 2,8 grammes par jour et par personne d'huile de palme, soit un peu plus d'un kilo par an, selon une étude du Credoc, réalisée pour l'Alliance. Les industriels se sont mis à chercher des alternatives: en 2009, cette consommation était évaluée à 5,5 grammes par jour (2 kilos par personne et par an) en se basant sur les quantités importées pour l'industrie agroalimentaire (126.000 tonnes). Aujourd'hui, ce sont surtout les jeunes qui en consomment le plus: 3,3 grammes par jour et par personne chez les 3-14 ans, contre 2,7 grammes chez les adultes (15 ans et plus).

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant