L'huile d'Afrique de l'Ouest face à l'huile asiatique

le
0
(Commodesk) L'AIFO* s'est réunie à Dakar mardi 6 décembre pour dénoncer la concurrence "illégale" des huiles asiatiques importées dans la zone de l'Union économique monétaire ouest africaine (Uemoa*). Les réflexions ont abouti à plusieurs constats. Face à la concurrence des pays asiatiques, les membres de l'association souhaitent une sensibilisation des autorités publiques afin de développer une politique plus harmonieuse et un meilleur contrôle aux frontières. Autre constat, l'écart actuel de production est immense entre les pays membres de l'Uemoa et les producteurs asiatiques. La Côte d'Ivoire par exemple produit 400.000 tonnes d'huile de palme par an, contre 40 millions en Indonésie et en Malaisie. La production d'huile n'est pas suffisante pour les populations de la zone Uemoa, "il y a un gap de 500.000 tonnes" selon Roland Riboux, le directeur général de l'AIFO. *AIFO : association des industriels de la filière oléagineuse africaine regroupée au sein de l'Uemoa, une institution financière qui compte huit états producteurs d'huile d'arachide, de graine de coton et de palme, le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant