L'horizon se dégage pour le marché de l'immobilier d'entreprise

le
0

(NEWSManagers.com) - Au premier trimestre, 3,5 milliards d'euros ont été investis en France , soit une hausse de 13 % par rapport à la même période en 2013 (3,1 milliards d'euros) et une performance stable par rapport à la moyenne des volumes investis au cours d'un 1er trimestre depuis dix ans, selon Cushman & Wakefield. L'évolution est donc généralement positive, mais s'accompagne d'une très nette diminution du nombre total de transactions (53), divisé par deux par rapport à celui du premier trimestre 2013 (112).

Les opérations inférieures à 50 millions d'euros ont été particulièrement rares (36 contre 88 au premier trimestre 2013). De fait, la hausse des volumes investis en ce début d'année est principalement liée à la signature de grandes transactions (10 opérations supérieures à 100 millions totalisant 2,5 milliards d'euros contre 7 totalisant 1,2 milliard au premier trimestre 2013) et, surtout, à la prise en compte de la vente de Coeur Défense. L'acquisition par le fonds américain Lone Star de cet ensemble emblématique représente ainsi à elle seule 36 % des montants investis au 1er trimestre 2014.

Avec 3,1 milliards d'euros ? soit une hausse de plus de 30 % sur un an, l'Ile-de-France concentre 89 % des montants engagés dans l'Hexagone au 1er trimestre 2014. Cette domination est bien sûr le reflet d'un marché des grandes transactions principalement animé par des acquisitions de bureaux. Ainsi, à l'exception de la vente du centre commercial Saint-Sebastien à Nancy et de la cession à KKR/Seefar d'un portefeuille de 4 centres, toutes les transactions supérieures à 100 millions d'euros ont porté sur des bureaux en Ile-de-France. Ce segment représente également la quasi-totalité des opérations comprises entre 50 et 100 millions d'euros (Urbagreen à Joinville-le-Pont, Le Cap à Puteaux, L'Open à Issy-les-Moulineaux, etc.).

Les étrangers ont représenté 69 % de l'ensemble des montants investis dans l'Hexagone (35 % en 2013). Cette forte progression tient au recul des investisseurs français et à la présence importante d'acteurs américains, britanniques, allemands et asiatiques sur le segment des grandes transactions. L'acquisition par Lone Star de Coeur Défense explique d'ailleurs le poids prépondérant des Américains (48 % de l'ensemble des volumes investis au premier trimestre 2014).

Principalement représentés par les compagnies d'assurances (Cardif), les OPCI/SCPI ( Primonial Reim, BNP Paribas Reim) et quelques acquéreurs-utilisateurs (Klesia, Bred), les Français n'ont eux représenté que 31% de l'ensemble des montants investis dans l'Hexagone au premier trimestre 2014 contre 65 % sur l'ensemble de 2013. Peu présents sur le segment des grandes opérations, leur effacement tient aussi au très faible nombre de petites et moyennes transactions et au manque de vigueur du marché provincial. La part des Français devrait toutefois augmenter dans les mois à venir à la faveur de la concrétisation de grandes ou très grandes opérations dans lesquelles ils sont impliqués (Beaugrenelle, portefeuille Klepierre, etc.).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant