L'hôpital public veut assouplir le « carcan » des 35 heures

le
0
L'hôpital public veut assouplir le « carcan » des 35 heures
L'hôpital public veut assouplir le « carcan » des 35 heures

Après la révision des 35 heures réclamée par le Medef pour le secteur privé, va-t-on vers une réforme du temps de travail à l'hôpital public ? Selon nos informations, c'est la proposition que va faire ce matin devant les députés Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France  qui regroupe les 1 100 établissements publics du pays et leurs 90 000 salariés. Frédéric Valletoux va proposer un assouplissement des 35 heures à l'hôpital, arguments en main.

La FHF a en effet réalisé entre le 20 août et le 11 septembre une enquête auprès de 151 établissements pour tenter de mesurer les conséquences de la réduction de temps de travail, douze ans après leur entrée en vigueur à l'hôpital. Cette enquête sans précédent, que « le Parisien » - « Aujourd'hui en France » a pu consulter, ressemble à un véritable réquisitoire.

Des situations très hétérogènes. C'est la première surprise de cette étude : loin d'avoir été appliquée uniformément sur le territoire, la réforme a été une grande source d'inégalités, se traduisant, selon les hôpitaux et les accords signés, par une compensation de la réduction du temps de travail (RTT) allant de moins de 10 jours par an à près de 30 jours. « Sous la pression, les établissements ont maintenu les organisations en place au moyen d'une durée journalière de travail proche des 8 heures, d'où un nombre important de RTT accordé. » Autres inégalités révélées : 1 hôpital sur 2 considère le temps de repas comme du temps travaillé ; de même, le temps de formation donne droit à RTT dans 1 établissement sur 4, tandis que les congés maternité génèrent dans tous les cas des RTT.

Conditions de travail dégradées. Les personnels qui espéraient un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle avec les 35 heures ont dû déchanter. En effet, la promesse de 37 000 créations de postes non médicaux pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant