L'hôpital privé coûte moins cher à la Sécu que le secteur public

le
52
L'hôpital privé coûte moins cher à la Sécu que le secteur public
L'hôpital privé coûte moins cher à la Sécu que le secteur public

C'est une petite bombe qui ne ne va pas manquer d'alimenter la polémique sur les dépassements d'honoraires des médecins des cliniques et celle sur le vrai coût des soins dans le secteur privé. Après trois ans de travail avec des universitaires et après l'analyse croisée de quatre bases de données nationales confidentielles, une étude portant sur les actes de chirurgie, d'anesthésie et d'obstétrique l'affirme : les actes pratiqués dans le secteur privé coûtent moins cher à l'Assurance maladie, et les dépassements d'honoraires ne sont pas si importants que le disent les autorités publiques. Cette étude a été réalisée pour le syndicat le Bloc, représentant les chirurgiens, les anesthésistes et les obstétriciens de blocs opératoires qui réclament une revalorisation des tarifs de leurs actes, bloqués de longue date. Entre les consultations et les interventions, leurs dépassements représentent 1,2 Mds¤ par an, que le Bloc aimerait voir pris en charge par les complémentaires santé (lire encadré ci-contre), dont certains remboursements ont chuté grâce aux nouvelles techniques d'opération.

Les actes en secteur privé meilleur marché que le public. Si l'on prend tout en compte -- hospitalisation plus honoraires et supplément d'honoraires du médecin --, les interventions réalisées dans le privé sont facturées 7,8 % moins cher que lorsqu'elles sont pratiquées dans un hôpital public, selon les chiffres révélés hier par le syndicat. La différence est encore plus importante pour l'Assurance maladie : un acte réalisé dans le public coûte 15,8 % de plus selon l'étude. Motif : les tarifs des actes (fixés par le ministère de la Santé) sont moins élevés dans le privé, et les dépassements d'honoraires ne sont pas si élevés. « L'étude porte sur 48 actes les plus fréquents et les plus intéressants à comparer », précise Jean Marty, gynécologue obstétricien et coprésident du Bloc. On peut ainsi ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • SuRaCtA le vendredi 10 oct 2014 à 18:50

    Ça pour une nouvelle, c'est une nouvelle qui ne surprendra que les apôtres du publique. Qu'y a t-il de surprenant à çe qu'une clinique qui a des objectifs de rentabilites institue coûtent moins cher que les hôpitaux qui n'ont pas la culture de la gestion de la dépense bien que des efforts est été effectuées en ce sens depuis sur les caisses du pays sont vide.

  • fortunos le vendredi 10 oct 2014 à 18:47

    l hopital public doit faire comme les cliniques privées;supprimer les urgences,et choisir ses malades,et laisser cre ver chez eux ceux que personne ne voudra soigner!!

  • M1531771 le vendredi 10 oct 2014 à 18:42

    Hé oui... le privé mieux géré probablement...!!! Ca vous étonne..?!? MDR

  • a.duboi1 le vendredi 10 oct 2014 à 18:33

    Le plus souvent les dépassements d'honoraires se font de la main à la main en liquide, ils sont donc incontrolables!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • M5441845 le vendredi 10 oct 2014 à 17:14

    slivo. l'important ce n'est pas le diplôme de l'aide opératoire mais la compétence du chirurgien et surtout le résultat de l'intervention..

  • frede331 le vendredi 10 oct 2014 à 16:03

    privatisons les hopitaux alors privatisons l'ecole et tout coutera moins cher et sera mieux fait

  • groundze le vendredi 10 oct 2014 à 15:09

    depuis 33 ans en clinique je suis effaré par le nombre de C..... que vous affirméesl'aide du chirurgien est obligatoirement infirmière depuis 2000 sinon il n'est pas assurénous avons des internes en clinique et tous les actes sont pratiqués rentables ou non

  • slivo le vendredi 10 oct 2014 à 14:53

    @groundze : la certification est une poudre aux yeux; en revanche, vous serez peut être un jour opéré dans le perivé par un chirurgien dont l'aide n'a aucun diplome : sa secrétaire par exemple... Et c'est du vécu !

  • domin288 le vendredi 10 oct 2014 à 14:39

    Et j'ajouterai que quand un acte n'est pas jugé rentable par une clinique, celle ci vous envoi direct à l'hôpital. Vécu dernièrement cette situation. De plus, la taille des CHU, CHR est trop importante pour être efficace et économique. Il faudrait diviser par deux les hôpitaux public quitte à rouvrir d'ancien ensemble plus petit. Les cliniques s'en sortent grâce à leurs petites tailles.

  • M2941863 le vendredi 10 oct 2014 à 14:37

    Les gens qui vont dans le privé sont des personnes responsables et limitent leur dépense. Ce coté montrer la "carte vitale" sans même connaitre les tarifs des médecins ou de la pharmacie, plombent les comptes de cette pov sécu c'était évident que ce système ne fonctionnerait pas! Sans compter la multiplication des fausses cartes sécu ...