L'homosexualité est-elle tabou dans le foot féminin ?

le
0
L'homosexualité est-elle tabou dans le foot féminin ?
L'homosexualité est-elle tabou dans le foot féminin ?

Depuis le 6 juin, le Canada accueille la 7ème Coupe du Monde féminine. Sur les cinq-cents joueuses du Mondial, quatorze se présentent comme officiellement gays. Cependant, qu'en est-il des homosexuelles dans le football actuel ?

Ramona Bachmann est une pionnière, une vraie. Après un joli triplé contre l'Equateur, la Suissesse a rendu publique son homosexualité. À 24 ans, l'attaquante de FC Rosengård en Suède, a annoncé la nouvelle en toute décontraction pour le quotidien Sonntags-Blik. Avec ses mots, Ramona a fait le point sur une situation pas si facile : "Quand je me promène main dans la main avec Camille en Suisse, les gens se retournent. Ce qui n'est pas le cas en Suède, ou ici au Canada." Malheureusement pour elle et de nombreuses autres sportives, le monde ne se limite pas à la Suède et au Canada. Pour beaucoup de ses confrères et consoeurs, le fait d'aimer une personne du même sexe constitue une tare, un handicap à la pratique du football. Et c'est peu dire que les femmes sont loin d'être épargnées. On le dit plus ouvert et moins machiste que celui des garçons, mais le football féminin s'afficherait aussi comme un monde fermé, sclérosé par des pelletées d'idées reçues.

"La gangrène du football féminin"


L'Afrique, représentée au Canada par le Nigéria, le Cameroun et la Côte D'Ivoire, apparaît comme le continent le plus ouvertement hostile à l'homosexualité des femmes en crampons. Ainsi, l'ancienne footballeuse des années 80, Peggy Lucie Auleley, aujourd'hui professeur de littérature et écrivain, avait dérapé il y a peu sans que cela n'émeuve grand monde. En janvier dernier, lors des journées de réflexion sur le football féminin à Libreville, elle avait notamment déclaré : "il faut assainir les mœurs dans le milieu et lutter contre l'homosexualité si nous voulons redorer le blason de notre sport, lequel s'est dévergondé. J'ai quitté le milieu du sport à cause des mauvaises pratiques qui entouraient nos activités, notamment le lesbianisme et la corruption." Rappelons que ce fameux évènement dirigé par le ministère des Sports Gabonais s'intitulait "Développement du football féminin au Gabon : stratégies et plan d'actions prioritaires." Ambiance.

Ce pays coincé entre la Guinée Equatoriale et le Congo n'a cependant pas le peu glorieux monopole de la lutte contre le lesbianisme. Le Nigeria avait également défrayé la chronique ces dernières années. Avec l'homophobie en guise de leitmotiv, la patronne de la Nigeria Women Football League et l'ex-coach des Super Eagles Eucharia Uche s'étaient relayées pour atteindre des sommets jamais…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant