L'homme qui se rêvait en poète de l'Atlético

le
0
L'homme qui se rêvait en poète de l'Atlético
L'homme qui se rêvait en poète de l'Atlético

Quand certains se rêvent en joueur de leur équipe de coeur, d'autres veulent en être le poète. C'est le cas de Miguel Gonzalez, Madrilène aux presque 50 ans, qui a fait de sa volonté d'être le poète officiel de l'Atlético de Madrid l'objectif de sa vie. Rencontre.

Calle de Tolède, Gran Via, Malasaña, Lavapiés. Quatre lieux atypiques qui racontent, à leur façon, Madrid la Castillane. Car, entre une artère qui part de la Plaza Mayor pour descendre, plus au sud, jusqu'aux rives du Manzanares, une avenue qui s'apparente aux Champs Elysées locaux, et deux quartiers à l'ambiance bohème où se mêlent artistes, immigration et jeunesse festive, c'est un panorama assez complet de l'identité madrilène qu'offre ces lieux. Miguel Gonzalez, pour sa part, y fait partie des meubles, lui qui passe ses journées à déambuler entre ces différents quartiers.
"J'ai eu une enfance normale pour un gamin du quartier qui passait son temps à jouer au foot"Miguel Gonzalez
"Mon enfance, je l'ai passé dans ces rues de Madrid, je suis né et j'ai été conçu dans la capitale, dans un quartier proche du Rastro (marché aux puces le plus vieux d'Espagne, ndlr), précise-t-il du haut de ses cinquante printemps. J'y suis resté jusqu'à mes 15 ans. C'était une enfance normale pour un gamin du quartier qui passait son temps à jouer au foot". Un ballon rond qu'il détourne au profit de son autre passion, la poésie. A tel point qu'il milite, depuis bientôt 26 ans, pour devenir le poète officiel de l'Atlético de Madrid.

"Je suis allé voir Jesus Gil, ils m'ont pris pour un fou"


"Lorsque j'avais 23 ans, j'ai rencontré une fille dont je suis tombé illico amoureux. C'était lors d'un stage. Par un instinct primaire, j'ai commencé à lui écrire. Quand j'ai lu mes premières lignes, je me suis dit : "ces vers ont du sens, de la rime, de la saveur, c'est de la poésie". La fille m'a tout de même mis un râteau, mais j'ai découvert mon chemin".
"Je suis allé à Madrid avec mes poèmes pour parler avec Jesus Gil, le président de l'Atlético, pour lui proposer de m'engager en tant que poète officiel du club"Miguel Gonzalez
Maudit dès ses débuts, Miguel le poète quitte alors son train-train quotidien pour une vie de bohème. Entre la capitale, qu'il quitte à l'adolescence, et Huelva, d'où est originaire sa mère, il cherche un succès qui le…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant