L'homme qui murmure à l'oreille de DJOKOVIC

le
0
L'homme qui murmure à l'oreille de DJOKOVIC
L'homme qui murmure à l'oreille de DJOKOVIC

11:00. CANAL + SPORT

 

La lutte pour la place de n° 1 mondial entre Novak Djokovic et Andy Murray se joue aussi en dehors des courts. Avant-hier, le « Daily Mail », qui aimerait bien voir le trône revenir au sujet de Sa Majesté, dressait un portrait inquiétant du Serbe, sous la coupe d'un présumé gourou espagnol new age nommé Pepe Imaz. Histoire de titiller un peu plus l'âme fatale d'un Djoko qui a les nerfs à vif...

 

Le quotidien insiste sur une vidéo prise en juillet à Marbella où les deux hommes donnent une conférence assez ésotérique sur le bien-être. Fait « accablant », le boss, qui affrontera aujourd'hui le Bulgare Dimitrov en 8e, voyage à Paris sans ses deux coachs attitrés (Marian Vajda et Boris Becker) dans les bagages. Mais un Imaz dans le chapeau. Projeté sur le devant de la Seine alors qu'il vit pourtant dans l'ombre du clan depuis déjà quatre ans.

 

Ancien joueur — il a atteint le 146e rang mondial au paroxysme de sa courte carrière, arrêtée à 24 ans —, José « Pepe » Imaz Ruiz, 42 ans, a monté une académie à Marbella. Sous le soleil, certes, mais plus orientée « Mystères de l'amour ». Avec, pour objectif, le bonheur au bout de la quête et de la raquette.

 

L'école, créée avec Marko Djokovic, le frère de l'autre, s'appelle Amor y Paz (« amour et paix »). On y parle de partage, de bonheur, de respect, d'encouragement ou de jouissance du moment présent. On y enseigne à toujours serrer quelqu'un pendant au moins 25 secondes avant de le quitter, parce qu'alors « on se sent un autre »... Et c'est grâce à Marko que Pepe a touché le cœur de Novak. Imaz l'a en effet sorti de la dépression.

 

« Marko est arrivé dans un état chaotique. Nous avons fait un travail sur le fond et tout a changé. Quand Novak l'a su, il a sollicité ma collaboration, expliquait le mentor aux cheveux ondulés et grisonnants dans la presse ibère l'an dernier. C'est merveilleux de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant