«L'homme est prédisposé à la bonté»

le
0
INTERVIEW Jacques Lecomte, docteur en psychologie, vient de publier La Bonté humaine, altruisme, empathie, générosité (Éd. Odile Jacob).

LE FIGARO. - Pourquoi jusque-là la psychologie s'est-elle si peu intéressée aux qualités humaines?

Jacques LECOMTE. - Il y a d'abord eu l'intérêt pour les causes des souffrances psychiques, souvent dues à la violence d'autrui. Puis les deux guerres mondiales ont répandu la croyance selon laquelle l'homme est fondamentalement mauvais. La psychologie, mais aussi l'éthologie, la sociologie se sont focalisées sur ce qui était négatif en l'homme, laissant de côté l'étude de ses meilleurs aspects. La croyance généralisée en la méchanceté est donc une vision précisément située dans l'espace et le temps (l'Occident du XXe siècle) qui se présente comme universelle. Or de nombreux peuples n'adhèrent pas à cette vision. Ainsi, Nelson Mandela a pu résister à vingt-sept ans de prison et mener son peuple de l'apartheid à la démocratie, car il croyait en l'ubuntu, terme africain qui signifie que nous sommes pleinement humains au travers de la générosité. Depuis les

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant