L'histoire de France sans nuances des jeunes

le
0
Une jeune femme incarne Jeanne d'Arc à Orléans, le 8 mai 2016 .
Une jeune femme incarne Jeanne d'Arc à Orléans, le 8 mai 2016 .

Une vaste enquête auprès des élèves de plusieurs pays, dont la France, montre que le « récit national  », linéaire et glorieux, reste dans toutes les têtes.

Les jeunes Français méconnaîtraient l’histoire de France. Pire, ils apprendraient à l’école à en avoir honte, ressassent depuis des années les adeptes du déclinisme.

L’élection présidentielle approchant, la polémique est relancée à droite. Dans leur course à la primaire, plusieurs candidats en appellent au retour du « récit national » en classe, à une célébration du passé glorieux de la France et de ses héros dont ils déplorent le prétendu oubli, sinon le dénigrement, dans les programmes scolaires. Il s’agirait de lutter contre le délitement du sentiment d’appartenance nationale, favorisé selon eux par l’école.

A ces discours alarmistes, la recherche vient d’apporter un démenti. Non seulement les élèves connaissent l’histoire de France et en partagent un récit commun, mais ils en ont une vision laïque, optimiste et empreinte de fierté.

C’est ce que montre Le Récit du commun, un ouvrage collectif sous la direction d’une spécialiste française des sciences de l’éducation, Françoise Lantheaume, et d’un historien canadien, Jocelyn Létourneau. Y sont exposés les résultats d’une vaste enquête – lancée en 2011-2012 dans quatre pays européens, dont la France – visant à évaluer ce que les jeunes retiennent du passé national.

Grands hommes et de grands événements « Raconte l’histoire de ton pays comme tu le veux » : la question a été posée à 6 600 élèves âgés de 11 à 19 ans. L’exercice n’avait rien de scolaire. Il visait moins à évaluer un niveau de connaissances qu’à cerner la mani...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant