L'histoire d'un hat trick pas comme les autres

le
0

Depuis le 21 avril 1986, chaque confrontation entre West Ham et Newcastle fait remonter à la surface les souvenirs d'un match d'anthologie. Lors d'une victoire 8 buts à 1 des Hammers, Alvin Martin, un défenseur, avait marqué le plus beau hat trick de l'histoire du football.

Les attaquants en rêvent la nuit, les gardiens le redoutent à chaque fois qu'ils enfilent les gants. Le coup du chapeau, le hat-trick, comme l'appelle nos amis de la perfide Albion, est aussi rare qu'il est précieux et fascinant. Il comble son auteur comme les spectateurs, bien souvent médusés devant sa beauté. Le coup du chapeau, plus que ses homologues "le but venu d'ailleurs" ou "le cassage de reins", est le symbole ultime de la réussite d'un joueur. Souvent, ce joueur est un attaquant, habile devant les buts et désireux de faire grimper son compteur personnel. Parfois, rarement même, ce joueur est un défenseur, l'anti-attaquant par excellence. Celui dont le rôle est d'empêcher des buts d'être marqués. Et comme le football prend un malin plaisir à se moquer de la logique, le coup du chapeau le plus incroyable de l'histoire récente du ballon rond a été inscrit par un défenseur. Alvin Martin, symbole de loyauté et de dévouement chez les Hammers d'hier et d'aujourd'hui, a écrit la plus belle page de son récit footballistique le 21 avril 1986. Ce jour-là, West Ham avait atomisé Newcastle, 8-1.

Boys of '86


Ce 21 avril, les tribunes du Boleyn Ground se remplissent peu à peu. Personne ne le sait encore, mais quelques heures plus tard, une page phénoménale de l'histoire du football aura été tournée. Cette saison, les Hammers sont impitoyables. Avant d'entrer sur leur pelouse, les hommes de John Lyall restent sur neuf victoires consécutives et nourrissent un rêve fou : devenir champions d'Angleterre. Troisièmes derrière Liverpool et Everton, et avec trois matchs à jouer, les Hammers refusent de laisser les Magpies se mettre en travers de leur route vers la gloire. Depuis le début de la saison, Alvin Martin, défenseur, n'a raté aucun match. Il représente à merveille l'esprit guerrier de son équipe et sait déjà sans doute qu'il ne quittera jamais son club de cœur. Au coup d'envoi, les Magpies, dixièmes à sept points de leurs adversaires du jour, ne s'attendent sûrement pas à gagner. Mais ils ne s'attendent sûrement pas non plus à essuyer une déferlante offensive comme on n'en voit que rarement.

90 minutes plus tard, alors que tout le monde est médusé, un journaliste du Daily Telegraph s'empresse d'envoyer son…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant