L'héritier Kim Jong-un a pris ses marques à Pyongyang

le
0
En quatre mois, le successeur de Kim Jong-Il est parvenu à obtenir tous les titres clés que son père avait mis vingt ans à gagner.

À Séoul,

La place Kim Il-sung ressemble à un immense jeu de Lego, où les cohortes de militaires sont aussi minuscules que des fourmis. Du haut de la tribune, Kim Jong-un domine le spectacle, avec l'air détaché du vieil habitué, décochant des sourires complices aux maréchaux bardés de médailles. Le jeune maître de la Corée du Nord a choisi ce «jour du Soleil», célébrant le centenaire de son grand-père, pour afficher son emprise sur la dernière dictature stalinienne de la planète lors d'une cérémonie aux allures de passation de pouvoir.

Au c½ur de Pyongyang, face à des dizaines de milliers de soldats au garde-à-vous, Kim Jong-un prononce d'une voix ferme son premier discours télévisé pour réaffirmer le Songun, la politique de «priorité à l'armée», édictée par son père Kim Jong-il. «Aucun pays ne peut nous attaquer», s'enflamme le jeune général quatre étoiles, exaltant l'héritage atomique légué par son prédécesseur. Le doigt pointé vers

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant