L'hébergeur d'Abdelhakim Dekhar mis en examen

le
0

PARIS (Reuters) - L'hébergeur d'Abdelhakim Dekhar, auteur présumé des coups de feu tirés fin novembre à Paris au journal Libération puis à La Défense, a été mis en examen vendredi soir pour destruction de preuves et recel de malfaiteurs, a-t-on appris samedi de source judiciaire.

Cet homme a été laissé libre sous contrôle judiciaire, a précisé cette source, confirmant une information d'Europe 1.

L'homme, qui avait rencontré il y a 13 ans à Londres Abdelhakim Dekhar, avait hébergé ce dernier quelque temps chez lui. Il avait prévenu la police après avoir reconnu son hôte sur les avis de recherche diffusés par la police après les coups de feu tirés au siège de Libération et à La Défense.

Abdelhakim Dekhar a été mis en examen fin novembre pour tentatives d'assassinat, enlèvement et séquestration.

Il est soupçonné d'avoir pénétré dans les locaux de BFM TV le 15 novembre armé d'un fusil à pompe, d'avoir blessé grièvement un assistant photographe à Libération le 18 novembre avant de tirer des coups de feu devant la Société Générale à La Défense. Il est également soupçonné d'avoir brièvement pris en otage un automobiliste jusqu'à Paris.

L'ancien "troisième homme" de l'équipée sanglante menée par Florence Rey et Audry Maupin en 1994 a été placé en détention provisoire. Après son arrestation, il avait été placé à l'Hôtel-Dieu en raison de sa tentative de suicide avec des médicaments commise peu avant son interpellation dans un parking de Bois-Colombes (Hauts-de-Seine).

Abdelhakim Dekhar, qui a été formellement identifié par son ADN, a laissé des lettres à tonalité d'extrême gauche dans lesquelles il évoque un "complot fasciste". Il a refusé pendant sa garde à vue de s'exprimer sur le fond du dossier, faisant valoir son droit au silence.

Marine Pennetier, édité par Jean-Loup Fiévet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant