L'"Eye-Phone", outil prometteur de diagnostic oculaire dans les pays pauvres

le
0
L'"Eye-Phone", outil prometteur de diagnostic oculaire dans les pays pauvres
L'"Eye-Phone", outil prometteur de diagnostic oculaire dans les pays pauvres

Quand en 1990, alors bambin de trois ans, Simon Kamau s'est crevé un oeil en jouant avec un objet pointu, sa famille d'une région rurale de la Vallée du Rift au Kenya, n'avait pas les moyens de payer les 80 km de trajet jusqu'au premier spécialiste à Nairobi.Vingt-trois ans plus tard, une technologie prometteuse devrait permettre à des médecins éloignés de plusieurs milliers de kilomètres de venir en aide aux patients souffrant d'affections oculaires et trop éloignés ou trop pauvres pour consulter un ophtalmologiste.Une équipe de la Faculté de Médecine tropicale de Londres teste dans la région de Nakuru, au Kenya, une technique de diagnostic oculaire simple et bon marché grâce à un smartphone."Le Kenya était un lieu de test évident", explique à l'AFP le chef du projet, le Dr Andrew Bastawrous. "Dans ce pays de plus de 40 millions d'habitants, il n'y a que 86 ophtalmologistes, dont 43 exercent à Nairobi".La technologie, en cours d'élaboration depuis cinq ans et désormais dans sa phase finale, utilise un smartphone doté d'un objectif additionnel qui scanne la rétine et d'un logiciel qui enregistre les données.Chaque "Eye-phone", comme aime l'appeler le Dr Bastawrous en référence au téléphone-star d'Apple, ne coûte que quelques centaines d'euros et peut, dit-il, assurer des examens nécessitant habituellement des appareils professionnels valant plusieurs dizaines de milliers d'euros et pesant plus de cent kilos.Au cours de l'étude menée par les médecins du projet dans la région de Nakuru, 5.000 patients ont été examinés, à la fois avec l'"Eye-phone" et avec un appareil professionnel afin de comparer les résultats.Selon le Dr Bastawrous, l'invention s'est avérée fonctionner et a permis de détecter diverses pathologies telles que le glaucome, la cataracte, la myopie ou l'hypermétropie.Des collyres aux opérations chirurgicalesLe médecin espère que cette technologie révolutionnera un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant