L'extrême gauche place Hollande sous surveillance

le
1
Le Front de gauche ainsi que le Nouveau patri anticapitaliste veulent devenir une alternative aux socialistes.

Mercredi soir à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), l'affiche du meeting Front de gauche (FdG) était emblématique de la place qu'entend jouer la coalition regroupée autour de Jean-Luc Mélenchon. Dans l'école Robespierre, avec l'eurodéputé communiste Patrick Le Hyaric, directeur de L'Humanité, se retrouvent quatre quadra, figures montantes de la gauche radicale: Clémentine Autain pour les alternatifs de la Fase, Patrice Bessac pour le PCF, Éric Coquerel pour le Parti de gauche, et Pierre-François Grond, ex-bras droit d'Olivier Besancenot au Nouveau parti anticapitaliste (NPA), désormais soutien de Jean-Luc Mélenchon. «Notre volonté, c'est de devenir une alternative majoritaire au PS, affirme Éric Coquerel, et si ce n'est pas cette fois-ci, ce sera le coup d'après.»

«Notre premier objectif, c'est débarrasser la France de Nicolas Sarkozy», précise Clémentine Autain. «Ensuite, nous allons devoir transformer l'essai de cette campagne, mieux qu'en 2005, et répondre au

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dvgbour le jeudi 12 avr 2012 à 12:36

    eh oui enfin le ps aura une homogénéité:bobos