L'extradition de Polanski refusée par la justice polonaise

le
1

(Actualisé avec conférence de presse de Polanski, précisions) par Wojciech Zurawski CRACOVIE, Pologne, 30 octobre (Reuters) - Le réalisateur Roman Polanski s'est dit soulagé vendredi après le rejet par la justice polonaise d'une demande américaine d'extradition le concernant dans une affaire de relation sexuelle avec une mineure remontant à 1977. Cette affaire reste célèbre et disputée internationalement près de 40 ans après les faits. Certains exigent une sanction exemplaire; d'autres estiment que les autorités américaines doivent renoncer à demander l'extradition du réalisateur franco-polonais, aujourd'hui âgé de 82 ans Pour se prononcer contre la demande d'extradition déposée par les Etats-Unis, le juge Dariusz Mazur de Cracovie a estimé que la justice américaine avait bafoué les droits de Polanski par le passé et qu'elle était à nouveau susceptible de faire de même si le réalisateur lui était déféré. "L'extradition n'est pas recevable" a déclaré le magistrat. Il a déclaré que Roman Polanski était coupable et méritait d'être sanctionné, mais qu'il avait droit à un procès équitable. Or, a-t-il dit, les droits de la défense ont été "grossièrement violés à plusieurs reprises" sur plusieurs années par les autorités judiciaires américaines. Lors d'une conférence de presse, le réalisateur a estimé que l'affaire était désormais derrière lui. "L'affaire est terminée, au moins en Pologne, j'espère. Je peux pousser un soupir de soulagement. Il est difficile de décrire combien de temps, d'énergie et d'efforts cela coûte, combien de souffrance cela a apporté à ma famille", a déclaré Roman Polanski devant les journalistes. "C'est simple. J'ai plaidé coupable. Je suis allé en prison. J'ai purgé ma peine. C'est terminé", a-t-il ajouté. Roman Polanski avait reconnu en 1977 avoir eu une relation sexuelle avec une mineure de 13 ans lors d'une séance de photos à Los Angeles. Il avait passé 42 jours en prison avant d'être remis en liberté après une négociation ("plea bargain"). Mais il a fui les Etats-Unis l'année suivante, redoutant que le magistrat chargé du dossier ne revienne sur l'accord passé à l'époque et ne le condamne à plusieurs années de prison. En 2009, il a été arrêté à Zurich sur mandat d'arrêt des Etats-Unis et placé en résidence surveillée. Il a été libéré l'année suivante après la décision des autorités suisses de ne pas l'extrader. Les Etats-Unis ont ensuite demandé son arrestation à la Pologne après une apparition du réalisateur à Varsovie en 2014. Roman Polanski, oscarisé pour son film "Le Pianiste", vit à Paris, mais possède également un appartement à Cracovie et se rend régulièrement dans son pays d'origine. La décision du juge Mazur n'est pas définitive, le parquet ayant la possibilité de faire appel. Si la demande formulée par les Etats-Unis était acceptée, il reviendrait au ministère polonais de la Justice de décider d'une éventuelle extradition du réalisateur franco-polonais, âgé de 82 ans. Samantha Geimer, la victime, aujourd'hui cinquagénaire, a fait savoir qu'à son avis, les poursuites devaient être abandonnées contre le réalisateur octogénaire. (Marc Angrand et Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le vendredi 30 oct 2015 à 21:15

    Que dit la loi: un violeur est innocent quand il est polonais.