L'exposition aux valeurs moyennes a profité aux meilleurs fonds actions françaises

le
0
(NEWSManagers.com) - L'année 2010 à peine terminée, voici venue l'heure du traditionnel bilan des performances des fonds. L'an dernier, selon une récente étude de l'agence de notation Morningstar, les fonds de la catégorie Actions France Grandes Capitalisations ont gagné en moyenne 4%. La catégorie donc fait mieux que l'indice CAC 40 dividendes réinvestis, qui a perdu 0,4% en 2010.
Les fonds Actions France Grandes Capitalisations ayant réalisé les plus belles performances au sein de la catégorie sont clairement ceux qui avaient une importante poche de petites et moyennes valeurs françaises, note l'étude. Sur la base des portefeuilles examinés par Morningstar, les fonds avaient en octobre 2010, en moyenne, une exposition de 18% aux petites et moyennes valeurs. Les indices CAC Mid 100 et CAC Small 90 (dividendes réinvestis) sont en forte hausse (+20,9% et +13,0%) sur l'année écoulée, enregistrant une deuxième année consécutive de surperformance par rapport à l' indice des grandes capitalisations.
Côté performances, c'est le fonds Metropole France qui s'impose dans la catégorie avec une progression de 18,7%, malgré une exposition notable au secteur financier, " compensée par une excellente sélection de titres ( Schneider, Valeo, Christian Dior)" par l'équipe de gestion dirigée par Isabel Levy, constate Morningstar. Autre bon élève de la catégorie, le fonds Uni-Hoche termine l' année à +11,8%, grâce à une exposition sur les thématiques porteuses de cette année (marchés émergents et luxe). Dans le même quartile, on retrouve également les fonds Moneta Multi Caps et AXA France Opportunités, dont l'approche toutes capitalisations a servi la performance.
D'autres fonds de la catégorie ont été moins brillants. Notamment des " vedettes" comme Centifolia, géré chez DNCA Finance par Jean-Charles Mériaux et Tricolore Rendement piloté par Pierre Nebout chez LCF Edmond de Rothschild AM. Ces derniers ont réalisé des performances de 4,0% et 1,2% respectivement, et ce " malgré une absence totale du secteur bancaire qui s' est révélée bénéfique" . Les deux gérants ont selon l'étude été pénalisés par leurs sélections de titres de rendement au profil défensif.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant