L'expo anti-homophobie à nouveau vandalisée : deux avocats interpellés

le
0
L'expo anti-homophobie à nouveau vandalisée : deux avocats interpellés
L'expo anti-homophobie à nouveau vandalisée : deux avocats interpellés

«Il y a un côté acharnement. C'est un peu lourd», confie Olivier Ciappa au Parisien.fr. Son exposition «Couples extraordinaires» a été vandalisée une nouvelle fois dans la nuit de samedi à dimanche. Trois hommes ont été interpellés sur place, deux avocats et un comédien. Ils ont nié appartenir à un quelconque mouvement homophobe, affirmant avoir voulu «plaisanter». Les suspects ont été filmés par les caméras de vidéosurveillance en train de décrocher un portrait.

> EN IMAGES. Une exposition contre l'homophobie vandalisée à Paris

Selon le photographe, ses clichés exposés sur des grilles autour de la mairie du IIIe arrondissement de Paris, ont été, la nuit dernière, «soit volés, soit abîmés de manière un peu plus violente». Une partie de ses photos avaient déjà été lacérées dans la nuit de vendredi à samedi. Cette fois, en plus d'être lacérées, certaines images ont été «recouvertes de tags», explique Olivier Ciappa.

«C'est un peu fatiguant»

Il s'agissait notamment de portraits en noir et blanc de personnalités soutenant le mariage pour tous et s'affichant pour l'occasion en couple ou en famille. Les photos devaient être vendues au profit du Refuge, une association qui accompagne de jeunes homosexuels rejetés par leurs parents. La photo de Roselyne Bachelot et Audrey Pulvar blotties l'une contre l'autre est par ailleurs devenue l'affiche du Salon du mariage pour tous, qui s'est ouvert samedi à Paris.

«C'est un peu fatiguant», souffle le photographe ce dimanche. «Si l'amour leur fait peur (NDLR : en photo), comment vont-ils réagir quand ils vont voir des couples ensemble?» En même temps, explique-t-il, «ça me renforce, ça me donne encore plus envie de continuer». La veille, suite aux première dégradations, la mairie du IIIe arrondissement et l'association AIDES, partenaire du projet, avaient annoncé vouloir déposer plainte.

Selon le photographe, la majeure ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant