L'explosion des frais de tenue de compte, une aubaine pour les banques en ligne ?

le
7

Plus de 70% des banques traditionnelles ont déjà supprimé la gratuité de la «tenue de compte». Les usagers dénoncent un «racket» et se laissent de plus en plus tenter par les agences «virtuelles».

Avis de hausse des tarifs bancaires en 2016, tirée par une explosion des frais de tenue de compte. BNP Paribas vient d'annoncer à ses clients qu'elle facturerait ce service à partir du 1er janvier 2016. Il en coûtera 2,50 euros par mois, soit 30 euros par an, d'avoir un compte courant dans cette banque, sauf pour les moins de 26 ans et les détenteurs d'un package «Esprit Libre». BNP Paribas s'aligne sur la concurrence. La Société générale facturera aussi ce service (2€/mois) à compter du 1er janvier prochain.

Plus de 70% des banques ont déjà supprimé la gratuité de la tenue de compte ces dernières années, un service qui comprend la comptabilisation des paiements et encaissements, la surveillance quotidienne des comptes, la sécurisation des opérations et la protection des données personnelles. Serge Maître, secrétaire général de l'Association française des usagers des banques (AFUB), s'étonne de «l'inertie des pouvoirs publics» face à ce qu'il considère comme un «racket» des clients. «La loi oblige les consommateurs à avoir un compte bancaire depuis 1977», rappelle-t-il. «Et maintenant les banques nous font payer pour ce compte sans aucune justification.» Serge Maître souligne par ailleurs que «les banques se rémunèrent déjà sur nos dépôts, qu'elles investissent à long terme». Il appelle les consommateurs à notifier par courrier recommandé à leur banque leur refus des nouvelles conditions tarifaires, comme le droit (article L312-1-1 du code monétaire et financier) les y autorise.

«Depuis 1998, l'évolution des tarifs bancaires est inférieure à celle de l'inflation et celle du prix des autres services», se défend de son côté la Fédération française des banques (FBF) dans une note sur les tarifs bancaires. Reste que pour les seuls frais de tenue de compte, les tarifs ont bondi de 14,2% en 2014 et de 22,8% en 2015, selon une étude de Panorabanques.com. Le coût moyen est d'environ 21 euros par an.

«La hausse des frais bancaires dans les banques traditionnelles donne une raison de plus de se tourner vers les banques en ligne, dont l'offre repose sur la gratuité des services essentiels pour le consommateur», commente Pascal Donnais, PDG de la banque en ligne Fortuneo. Pas d'agence, des services automatisés, un client qui gère lui même ses comptes ... «Les banques en ligne bénéficient d'un coût de fonctionnement plus faible, ce qui leur permet de restituer une partie de leurs marges aux clients.» Pour le dirigeant, «la tenue de compte, comme les cartes bancaires, sont des produits d'appel pour les banques en ligne. Leur gratuité est un argument non négligeable pour capter de nouveaux clients».

Les banques en ligne en embuscade

Grâce à ces tarifs imbattables et autres offres promotionnelles généreuses, les banques «virtuelles» trustent les premières places de tous les classements des banques les moins chères. Boursorama Banque, ING Direct, Hello Bank!, BforBank et Fortuneo forment le top 5 du palmarès de novembre 2015 établi par cBanque.com. Un Français sur 10 serait client d'une banque en ligne. «Le prix est la première motivation du changement en faveur d'une banque en ligne. Les clients testent un produit, sont satisfaits et souscrivent rapidement à plusieurs autres», explique Pascal Donnais.

Une compétitivité «parfois soumise à conditions», avertit l'association de consommateurs CLCV dans sa dernière enquête annuelle sur la tarification bancaire. «Ainsi, ING direct affiche la gratuité des frais de tenue de compte mais, à y regarder de plus près, cette gratuité ne vaut que si le client verse un minimum de 750 euros par mois ou 2250 euros par trimestre.» Dans d'autres établissements, c'est la gratuité des cartes bancaires qui est subordonnée à un niveau minimum de revenus (1200 euros nets mensuels pour un titulaire chez Boursorama Banque, Fortuneo et Hello Bank!) ou d'épargne placée sur les livrets (5000 euros chez Boursorama Banque et Fortuneo).

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M352635 le mardi 10 nov 2015 à 13:48

    @pmessag2 "va falloir un jour s'interroger sur qui paie tout ce qui est "gratuit""Réponse les commerçants quand vous payez avec votre CB, les banques concurrentes quand vous payez en liquide

  • M1945416 le mardi 10 nov 2015 à 13:25

    on est obligé d'avoir un compte, le salaire ne pouvant pas être donner en espèce , on paye la carte ,les agio, l'accès internet , l'assurance , (le tout dans un package) la banque utilise les fonds , alors bon…

  • pmessag2 le mardi 10 nov 2015 à 13:16

    Mais il va falloir un jour s'interroger sur qui paie tout ce qui est "gratuit". Le personnel ne travaille pas gratuitement. C'est comme les transports "gratuits" de certaines villes. Le gaz-oil n'est pas gratuit, les bus ne sont pas conduits par des bénévoles, etc... Rien n'est vraiment gratuit. Et ce n'est pas le rendement des comptes de dépôt qui suffit. Arrêtez de traiter tout le monde de voleurs.

  • Lully10 le mardi 10 nov 2015 à 13:00

    J’hésite encore, mais je me demande si je ne vais pas sauter le pas de la banque en ligne

  • M7361806 le mardi 10 nov 2015 à 10:59

    C'est la fin d'un système "en bande organisée" qui à vécu trop grassement

  • M1945416 le mardi 10 nov 2015 à 10:41

    écrivez, refuser , j'ai entendu que c'était 2 mois avant qu'il fallait râler , je l'ai fait , non mais , on est pas des pigeons

  • ccondem1 le mardi 10 nov 2015 à 07:27

    L'ignorance qu'un contrat (tacite ou écrit, depuis 2006) lie son client à la banque fait le reste. En cas de modification unilatérale (non consentie) de ce contrat, le client peut la refuser. C(est la ase du droit contractuel. La banque tranche : soit elle le vire (dans le respect des conditions/délais de ce contrat), soit elle le garde en lui écrivant "étant donné les bonnes relations qui nous lient, et exceptionnellement, la banque n'appliquera pas cette modification tarifaire". CQFD !