L'expérimentation animale mieux encadrée en Europe

le
0
Selon une nouvelle directive européenne, l'utilisation des animaux à des fins de recherche scientifique devra être aussi limitée que possible et la souffrance des cobayes évitée. La France est plutôt bonne élève en la matière.

La directive européenne sur l'expérimentation animale votée la semaine dernière à Strasbourg n'est pas spectaculaire, mais elle est fondamentale. Tout le texte s'articule en effet autour de la célèbre règle des 3R qui n'avait jamais été transcrite dans le droit européen : Remplacement des animaux quand cela est possible, Réduction de leur nombre dans chaque procédure et «Raffinement», c'est-à-dire limitation, tant que faire se peut, des dommages causés à l'animal. L'objectif n'est pas de réduire de manière drastique le nombre d'expériences, un indicateur souvent utilisé par les associations de protection pour sensibiliser l'opinion publique, mais de rationnaliser le recours à l'expérimentation en reconnaissant la souffrance animale et la «valeur intrinsèque» des cobayes. Un véritable changement de paradigme législatif.

«C'est un état d'esprit parfaitement nouveau qui rend compte de l'évolution des usages de ces 20 dernières années», se félicite Jean-

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant